15 juin 2011

Ardeurs solaires

Comme Jean-François Kahn, j’ai envie de laisser tomber mon blog. Non pas à cause d’un dérapage verbal qui me serait reproché, mes lecteurs anonymes se manifestent peu – sauf quant ils pompent mes dessins que je retrouve sur leurs pages web – mais parce que j’ai de temps en temps des éclairs de lucidité quant à l’inanité de cette démarche solitaire. Le journaliste de réflexion et d’investigation se pose aussi la question, lui qui croit changer le monde par ses écrits et qui constate que rien ne bouge ou si lentement. Les journalistes de la presse satirique, moins [...]

Lire la suite de: Ardeurs solaires

30 décembre 2009

2009 avant J.C., 2010 après

La période des fêtes de Noël et du jour de l’An est propice aux retours en arrière et aux projections vers l’avenir. Cette entrée en matière serait d’une banalité déconcertante si le retour en arrière en question n’évoquait pas le temps ou le métier le plus noble était celui de scribe. Une visite des collections égyptiennes du « Neues Museum » de Berlin admirablement repensé par David Chipperfield provoque immanquablement cette réflexion sur la longue histoire de l’écriture et l’ humaine volonté de laisser une trace de son passage sur terre. Tout scribouilleur qui se respecte a un peu conscience [...]

Lire la suite de: 2009 avant J.C., 2010 apres…

15 avril 2009

L’amour en fuite


Trois jours d’absence et me voilà pris de court pour respecter mon rendez-vous du mercredi. J’avoue m’être laissé piéger avec une certaine complaisance. Moi qui ai toujours mal supporté les contraintes, devrai-je continuer indéfiniment à m’astreindre à cette discipline quasiment obsessionnelle de la note hebdomadaire ?
Une heure avant l’échéance, je tente quand même le coup en essayant d’évoquer le temps qui passe et, pour ce faire, en m’appuyant une fois de plus sur les idées que d’autres ont exprimées avant moi : Alfred Delvau et Xavier de Maistre. J’évoquais le premier dans une [...]

Lire la suite de: L’amour en fuite

24 février 2007

Lassitude

Rien sur ce (presque) blog pendant deux semaines. Signe d’essoufflement? Pas vraiment ; signe plutôt de lassitude. Les causes en sont multiples : lassitude devant les attaques dont fait l’objet une candidate à l’élection présidentielle et les rodomontades de certain autre candidat actuellement aux affaires et qui, dans sa campagne électorale à géométrie variable, promet ce que le gouvernement issu de son parti avait tout loisir de réaliser depuis les précédentes promesses électorales présidentielles.

Lassitude aussi devant les deux poids deux mesures appliqués dans les milieux journalistiques : tandis qu’un Alain Duhamel [...]

Lire la suite de: Lassitude

4 décembre 2006

« Ceux de ma race ont la sombre manie d’adorer ce qui d’eux-mêmes est mort »

Chacun réagit à la mort des autres en fonction de sa culture et de son environnement social. Je sais qu’en un village des Cévennes que j’aime bien, la mort d’un coiffeur survenue alors qu’il profitait de sa retraite depuis seulement une semaine va éclipser la disparition de deux acteurs de cinéma célèbres et défrayer la chronique pendant quelques temps.

A l’heure où j’écris ces lignes, je suis encore un peu triste, comme beaucoup d’entre nous. A cause de la disparition de ces deux acteurs de cinéma. On a tendance à l’oublier [...]

Lire la suite de: « Ceux de ma race ont la sombre manie d’adorer ce qui d’eux-mêmes est mort »

15 juin 2006

Les mots et les morts

La grande faucheuse ne connaît pas le repos. Successivement, elle vient de réduire au silence trois grands maîtres du verbe et de la scène. Ces disparitions me touchent particulièrement parce que Claude Piéplu, Jacques Villeret et Raymond Devos maîtrisaient parfaitement l’art de jouer avec les mots, de faire sourire et rire, exercices bien difficiles quand on refuse les effets vulgaires. A côté de ces disparus célèbres, un ami, écrivain  un peu moins connu, des connaissances dont la notoriété ne dépassait pas leur environnement familial ou professionnel se sont éteints, sans bruit. Tous ces départs nous [...]

Lire la suite de: Les mots et les morts