9 mai 2018

Nécroblogie anthume

Décidément, peut-on écrire sans recourir, consciemment ou involontairement, à la pensée d’auteurs célèbres?  je comptais parler de nouveau - comme je l’avais annoncé en début d’année - des personnes dont j’ai évoqué les activités sur ce blog et qui ont quitté ce monde depuis. Je me suis ravisé et, m’appuyant  discrètement et sans vergogne sur  Alphonse Allais, Oscar Wilde et Søren Kierkegaard,   rien moins,  je me suis dit qu’aujourd’hui  je devais (encore!) parler de moi-même, avant de disparaitre complètement… Eh oui, je suis déjà [...]

Lire la suite de: Nécroblogie anthume

16 février 2015

« Brêveries » ou Réflexions philosophiques du Roseau pensant

Les bibliothécaires mènent souvent des travaux personnels de pair avec leur activité professionnelle. Selon leurs affinités ou leur formation initiale, leurs recherches débouchent soit sur des publications scientifiques, soit sur des œuvres de fiction ou constituent simplement des activités récréatives. En 2002, deux de ces bibliothécaires eurent l’idée de réunir leurs talents dans un projet commun de livre distrayant illustré de dessins. Ce livre ne vit pas le jour car l’inspiration de l’illustrateur ne fut pas à la hauteur de celle de l’auteur des textes. Des démarches furent néanmoins faites; d’une part [...]

Lire la suite de: « Brêveries » ou Réflexions philosophiques du Roseau pensant

3 novembre 2014

Tu es Chinois, toi! Hommage à Georges Schirmann

Plusieurs professeurs du lycée Charlemagne (de Paris) ont fait l’objet d’un billet dans ce blog mais je n’avais pas parlé des professeurs de dessin jusqu’à présent. Une correspondance échangée avec un ancien condisciple retrouvé grâce au web nous a donné l’occasion d’évoquer l’un deux : Georges Schirmann. Cet enseignant, au physique de « catcheur », selon un autre ancien Carolingien qui le cite - en estropiant son nom tout en indiquant le sien par une allusion - fut aussi un artiste talentueux, ce que j’ignorais jusqu’à présent. Contrairement à un de [...]

Lire la suite de: Tu es Chinois, toi! Hommage à Georges Schirmann