5 août 2009

Les patrons sont à la fête...

On s’attend peut-être à ce que j’évoque les séquestrations de dirigeants d’entreprises par leurs employés menacés de licenciement ; ce n’est pas le cas. Bien que ce sujet d’actualité soit intéressant, je serais plutôt enclin à évoquer l’état de désarroi de toutes ces personnes qui du jour au lendemain se retrouvent sans ressources, comme si le pays était en état de guerre. Il est anormal que le travail, considéré par les moralistes comme un devoir, ne soit pas aussi un droit absolu, quelle que soit la situation économique du pays.

Lire la suite de: Les patrons sont à la fête…

19 octobre 2007

Sans cette « musique » la vie ne serait pas une erreur

Après ce mois de silence (divers autres textes à écrire d’urgence), je ne sors pas de ma torpeur mais de mes gonds pour parler encore de bruit. Les raisons de cette saine colère sont externes et extérieures. Imaginez-vous écoutant un Luciano Pavarotti au sommet de son art et entendre à travers vos fenêtres fermées le bruit de fond insoutenable produit par les « boum boum » que je dénonçais dans une précédente note.

C’est ce qui m’arrive ce soir. Cette fois, lesdits « boum boum » [...]

Lire la suite de: Sans cette « musique » la vie ne serait pas une erreur

21 juin 2006

Refaites de la musique!

Aujourd’hui, jour de l’été, je quitte ma ville. L’espace d’une journée, je vais à la campagne. Les décibels y sont théoriquement moins nombreux ! Et pourtant, la vogue des voitures « boum boum boum » (ces voitures avec la sono ouverte au maximum et pas pour diffuser du Bach ou du Schubert), tend aussi à y sévir. C’est bien malheureux.

Il est grand temps de mettre un terme aux dérives sonores qui caractérisent un certain mode actuel d’écoute de la musique (?). Il connait son paroxysme avec la fête du même nom. Quand reviendra-t-on aux [...]

Lire la suite de: Refaites de la musique!

12 juin 2006

Sándor Kipö (prononcer s'endort qui peut)

Long silence (de près d’un mois!) sur ce blog depuis la dernière note. Le silence ne régnait malheureusement pas partout et surtout pas dans une grande partie des 500 chambres du grand hôtel de Budapest où nous avons résidé sans bien dormir pendant une semaine de vacances. Mais cet hôtel, nous ne l’avions pas choisi. Ce sont là les aléas des voyages organisés. Néanmoins, ces derniers ne présentent pas que des inconvénients, quoi qu’on en dise. Les personnes qui n’ont pas envie de préparer elles-mêmes leur séjour dans un pays étranger comprendront ce point de [...]

Lire la suite de: Sándor Kipö (prononcer s’endort qui peut)