15 juin 2006

Les mots et les morts

La grande faucheuse ne connaît pas le repos. Successivement, elle vient de réduire au silence trois grands maîtres du verbe et de la scène. Ces disparitions me touchent particulièrement parce que Claude Piéplu, Jacques Villeret et Raymond Devos maîtrisaient parfaitement l’art de jouer avec les mots, de faire sourire et rire, exercices bien difficiles quand on refuse les effets vulgaires. A côté de ces disparus célèbres, un ami, écrivain  un peu moins connu, des connaissances dont la notoriété ne dépassait pas leur environnement familial ou professionnel se sont éteints, sans bruit. Tous ces départs nous [...]

Lire la suite de: Les mots et les morts