10 février 2014

Des conservateurs et du bœuf miroton

Je ne lis pas la presse conservatrice d’aujourd’hui mais je me délecte en lisant celle du passé car elle reflète parfaitement l’attitude de certains de nos contemporains; ceux qui refusent la parité et l’évolution de la société dans laquelle ils vivent et qui le font savoir bruyamment dans la rue. La pensée conservatrice est antinomique du changement et si les idées n’avaient pas évolué en France depuis le 19e siècle, en matière d’enseignement notamment, nous en serions encore au stade de ces pays où les femmes sont encore taxées d’incapacité juridique.

Il n’est [...]

Lire la suite de: Des conservateurs et du bœuf miroton

8 mai 2013

Non, l'esclavage n'est pas mort

10 mai, journée commémorative de l’abolition définitive de l’esclavage décrétée en 1848 par la France pour ses colonies des Antilles. Le nom de Victor Schœlcher est indissociable de cet acte qui nous semble aujourd’hui de justice élémentaire mais qui n’allait pas encore de soi au 19e siècle, puisque Bonaparte avait rétabli cet esclavage que la Révolution française avait banni une première fois ; il faut peut-être rappeler aussi que l’Angleterre a procédé à cette abolition en 1833 et qu’aux Etats-Unis cette question fera l’objet d’une guerre civile et les esclaves américains devront [...]

Lire la suite de: Non, l’esclavage n’est pas mort

9 mars 2011

Un bal masqué magique chez Offenbach

Je n’ai pas lu le livre que Nicolas d’Estienne d’Orves vient de consacrer à Jacques Offenbach et je ne le lirai peut-être jamais, non par désintérêt mais par manque de temps. Cette biographie s’ajouterait à la pile impressionnante de livres en attente de lecture ou déjà entamés, sans parler des articles de journaux mis de côté…. De plus, depuis que j’ai déniché une brocanteuse qui, « parce qu’elle n’y connait rien en matière de livres », vend 10 centimes pièce ceux qu’elle expose sur son étalage, j’achète beaucoup plus de livres d’occasion que neufs, ce qui [...]

Lire la suite de: Un bal masqué magique chez Offenbach

15 janvier 2007

« J’en hais ma claque!»

Pardon pour ce nouveau jeu de mots « à deux balles », comme dirait une vieille amie retraitée qui suit assidûment des cours au collège de France, mais il a été pondu juste pour rappeler que Roberto Alagna avait refusé de payer la claque de la Scala de Milan. Pas le jour de sa fameuse (et préméditée ?) sortie de scène de décembre dernier mais en 1988. (1).

La claque existait donc encore à cette époque et il apparaît aussi que cette espèce de mafia exerçait ses talents rétribués dans [...]

Lire la suite de: « J’en hais ma claque!»