Pensées irréfléchies

1 – La compréhension des choses simples demande du bon sens aux gens ordinaires et du génie aux grands esprits.

2 – Dans l’isoloir le citoyen choisit : Rarement entre le bon et le meilleur. Parfois entre le bon et le mauvais. Souvent entre le médiocre et l’exécrable.

3 – Triste société que celle où l’argent est la mesure de toute chose, le mobile de toute action et la source de tout pouvoir.

4 – Les talents sont plus rares que les ambitions et les bonnes volontés plus rares que les talents.

5 – N’invite personne à visiter ton jardin. S’il est mal tenu, tu le montrerais à des moqueurs. S’il est bien tenu, tu le montrerais à des envieux.

6 – Devinette : Plus on me remplit, plus il reste de la place. qui suis-je ?
Réponse : le coffre-fort.

7 – L’utopie est une espérance abandonnée.

8 – L’espérance est une utopie réhabilitée.

9 – Il suffit à un abîme d’être profond pour être obscur, mais il ne suffit pas à une pensée d’être obscure pour être profonde.

10 – Celui qui se fâche pour un pruneau se défâche pour une guigne.

11 – Repas sans vin, repas sans joie, maison sans feu, maison sans âme.

12 – Rien n’est plus aisé que le travail du voisin, rien de plus léger que sa charge, rien de mieux garni que sa bourse.

13 – Chacun prêche pour sa paroisse, bonimente pour sa boutique et tambourine pour son régiment.

14 – Respectez la cravate. Elle peut parfois dissimuler une conscience.

15 – Le temps est un autobus qui ne s’arrête jamais. Il faut le prendre en marche et le quitter de même.

16 – La clé qui nous ouvre aujourd’hui est toujours accrochée au clou d’hier.

17 – Il y a deux sortes de croyants : Ceux qui savent qu’ils croient et ceux qui croient qu’ils savent.

18 – Quatre choses concourent au succès d’une œuvre d’art : L’inspiration, le talent, le travail et la médiatisation. Mais de nos jours la quatrième, à elle seule, peut suppléer à l’absence des trois autres.

19 – La perfection des autres n’est pas de ce monde.

20 – La vie heureuse et l’éternel succès n’existent que chez le voisin.

21 – Là où échoue la méchanceté des démons la sottise des anges réussit.

22 – L’ignorance de l’avenir est la porte ouverte à l’espérance.

23 – Le croyant qui écarte la raison manque de foi. Le rationaliste qui veut abolir la foi manque de raison.

24 – Vouloir absolument rendre incompatibles foi et raison, c’est manquer de l’une comme de l’autre.

25 – Au milieu des pommes pourries, la pomme saine est ringarde.

26 – L’ Univers est la partie connaissable de l’ Existant.

27 – Celui qui n’accepte pas de réponses ne doit pas poser de questions.

28 – On blâme à juste titre ceux qui jettent l’enfant avec l’eau du bain, mais que dire de ceux qui jettent l’enfant et gardent l’eau du bain ?

29 – On ne gagne jamais rien à livrer aujourd’hui les batailles d’hier, pas plus, d’ailleurs, que celles de demain.

30 – Il n’y a que la foi qui crée, il n’y a que le doute qui perfectionne.

31 – Une lampe n’est pas faite pour briller, mais pour éclairer.

32 – Quand la lampe éclaire le chemin, l’idéologue regarde la lampe.

33 – Si je ne fais pas ce que je devrais faire, c’est que je ne suis pas ce que je devrais être.

34 – Ce n’est pas ce qui est moderne qu’il faut proclamer bon, c’est ce qui est bon qu’il faudrait rendre moderne.

35 – Tant que les riches auront le droit d’être insatiables, les pauvres auront le droit d’être envieux.

36 – Les économies de bouts de chandelles sont un bien piètre recours. Heureux celui qui a les moyens d’économiser des chandelles entières.

37 – L’aventure humaine est un océan, l’actualité n’en est que la surface.

38 – Honneur aux perdants, sans lesquels personne ne gagnerait. Merci aux pauvres, sans lesquels personne ne se sentirait riche.

39 – Il vaut mieux vivre heureux que mourir milliardaire.

40 – Le passé donne les leçons. Le présent pose les questions. L’avenir décernera les notes.

41 – L’hypothèse est le tremplin de la connaissance.

42 – Crier : « N’ayez pas peur ! » lorsqu’aucun danger ne menace est un excellent moyen de répandre la panique.

43 – Celui qui est assis prés du sucrier adoucit sa tisane sans déranger personne.

44 – Charité n’est pas parité. Qui donne domine.

45 – Mieux vaut un tableau qui honore sa signature qu’une signature qui honore son tableau.

46 – Jamais assez pour ceux qui possèdent, toujours trop pour ceux qui travaillent. Tel est le principe directeur de l’économie moderne.

47 – Trouve ta joie dans ce que tu donnes et ton bonheur dans ce que tu gardes.

48 – Le rugissement étonne toujours celui que le cri n’a pas ému.

49 – Qui vole un œuf paye un bœuf.
Qui vole un bœuf paye un œuf.

50 – On ne peut rien, en politique, contre la coalition des prédateurs et des imbéciles.

51 – Priver un vieillard de toute initiative et de tout sentiment d’utilité, ce n’est pas prolonger sa vie, c’est creuser prématurément sa tombe.

52 – Hasard et coïncidence sont les deux mamelles qui nourrissent l’explication de l’inexplicable.

53 – Il ne suffit pas d’aimer, il faut aimer adroitement.

54 – Syllogisme antiféministe :
L’homme et la femme ne sont pas identiques.
Or identité équivaut à égalité.
Donc l’homme et la femme ne sont pas égaux.
Syllogisme féministe :
L’homme et la femme sont égaux.
Or égalité équivaut à identité.
Donc l’homme et la femme sont identiques.

55 – La vieillesse est une accumulation de petites morts.

56 – C’est dans les auberges espagnoles que chacun découvre ce qu’il possède.

57 – Solidarité génère équité. Qui partage dédommage.

58 – Il y a des échecs glorieux et des réussites honteuses.

59 – Nul travail ne saurait mieux enrichir que le travail des autres.

60 – La croyance est la représentation qu’on se fait de l’inconnaissable. La Foi est la confiance qu’on place dans sa finalité.

61 – Nulle part on ne trouve autant d’ayatollahs qu’au sein de ces deux religions modernes que sont l’esthétique et la diététique.

62 -Tuer son propre temps n’est rien. Le plus harassant est de tuer le temps des autres.

63 -Appeler son chat Médor ne le transforme pas en chien

64 -Qui craint tout ne tente rien, qui ne tente rien risque tout.

65 – La charité humilie, la solidarité conforte.

66 – La croyance est le squelette de la Foi, ou peut- être seulement sa béquille.

67 – Si une évidence vous crève les yeux, ne perdez pas courage. Essayez les lunettes idéologiques.

68 – La croyance est le squelette de la foi, ou sa béquille.

69 – La recherche est déjà un aboutissement.

70 – Tout être vivant est un perpétuel chercheur. Plus sa conscience se développe, et plus sa recherche s’élargit.

71 – Celui qui cultive la haine est condamnable, mais que dire de celui qui l’a provoquée ?

72 – Définition moderne du mot « mariage » :
Cohabitation déclarée et codifiée mais généralement temporaire entre deux personnes de sexe indifférent.

73 – Rien ne sert d’être la meilleure locomotive si on ne sait pas rester sur les rails.

74 – Tâche différée, tâche compromise.

75 – L’appellation « utopie » est le plus efficace des exorcismes.

76 – L’inaccessibilité supposée ne justifie pas le refus de l’approche, mais le refus de l’approche garantit l’inaccessibilité.

77 – Le dialogue appelle la paix, mais la dérision bornée étouffe le dialogue

78 – Quand on est sur le radeau de la Méduse, on rationne équitablement le biscuit.

79 – Refuser de reconnaître l’horreur dans le passé, c’est consentir à la retrouver dans le présent.

Pierre Gout

Laisser un commentaire

 

 

 

Vous pouvez utiliser ces tags HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

*