19 janvier 2011

Iconographie malgache ancienne

Avec l’expansion continue du Web et surtout la numérisation des documents, aussi bien celle effectuée par les institutions possédant des fonds importants que celle réalisée en masse par des opérateurs comme Google ou à petite échelle par des personnes physiques, l’iconographie ancienne relative à la grande Ile est plus accessible qu’autrefois et plus facilement repérable. Elle reste encore assez éparpillée mais moins que sur les livres et les journaux qui dorment dans les bibliothèques. La semaine dernière, j’ai évoqué Gallica et la bibliothèque du Défap. Auparavant, j’avais cité l’École de mission et de théologie de Stavenger en Norvège et le projet Internet Mission Photography Archive ou encore les Archives virtuelles de la musique malgache. Je m’attarde maintenant sur quelques sites qui sont, en tout ou en partie, dévolus  à Madagascar. Les documents iconographiques qu’ils proposent sont susceptibles d’intéresser bien des chercheurs et curieux du domaine malgache qui ne connaitraient pas ces ressources documentaires.

Photographe et son matériel en campagne (1876)

La photographie en pleine campagne (1876)

Les Malgaches eux-mêmes se sont intéressés très tôt à la photographie et, dès les année 30, on observe « L’essor de la photographie de studio à Antananarivo ». Bien qu’il propose peu de photos, Photographes en Outre-Mer (1840-1944) ne manque pas d’intérêt. Ce site est réalisé par Marie-Hélène Degroise, conservateur en Chef du patrimoine en retraite. Elle a fait l’inventaire des photographes « ayant travaillé en outre-mer entre 1840 et 1944. Afrique, Amérique et Antilles, Asie, Océan Indien, Pacifique ». L’auteur donne la biographie des photographes et la liste de leurs œuvres. Une dernière qualité du site et non des moindres, il indique les lieux de conservation des documents.

Claude Bavoux, autre retraité (de l’enseignement) est à la tête d’une importante collection de cartes postales anciennes. Il est persuadé de leur valeur pédagogique et avec lui nous suivons l’activité du « Capitaine Sénèque, photographe des années Gallieni à Fianarantsoa ». Le sujet est plus délimité mais n’en est pas moins riche pour autant. Cette étude fouillée relève de l’ethnologie, de la sociologie et de l’histoire de la région. Elle propose de nombreuses photos, celles du militaire en campagne et une série de cartes postales représentant des femmes malgaches des différents groupes de l’île. Celles réalisées par le Capitaine Sénèque montrent qu’il traitait son sujet avec beaucoup de respect pour les figurantes.

Ce n’est pas le cas des dessinateurs de presse qui s’en sont donné à cœur joie lors de la conquête de Madagascar. Témoin l’image ci-dessous représentative de l’état d’esprit qui régnait au temps de la colonisation ; sur ce dessin obscène de Charles Léandre (Le Rire, 1895), on voit le général Duchesne arrivant triomphalement à Paris portant en croupe la caricature d’une femme nue et difforme qui n’est autre que la Reine Ranavalona III!

Le général Duchesne et la Reine Ranavalona III

Le vainqueur des Hovas (1) fait sa rentrée triomphale à Paris portant en croupe la reine de Madagascar

Parfois, leurs charges visent aussi le colonisateur. Caricadoc, société spécialisée dans la vente d’illustrations essentiellement extraites de journaux anciens, propose une galerie – encore très modeste – « d’images satiriques, de dessins de presse et de caricatures » constituée à partir de documents qu’elle possède et qui ne sont pas toujours faciles à trouver. C’est un site marchand visant les professionnels de l’édition et de la presse. Ceci explique pourquoi les images sont délibérément reproduites dans un format peu lisible ; de surcroit, elles sont dénaturées par la raison commerciale de la société imprimée dans toute la largeur et en gros caractères. Ces artifices, courants sur ce type de site, sont destinés à empêcher le piratage. Caricadoc n’indique pas les sources des documents mais prévient quand ils ne sont pas tombés dans le domaine public. Les collectionneurs avisés identifient aisément les illustrations si elles proviennent du Petit journal ; ce dernier est d’ailleurs bien plus présent sur d’autres sites Web. Un portrait de la Reine Ranavalona en exil à Alger attire l’attention. Bien qu’il ne s’agisse pas d’une caricature mais d’un dessin réaliste exécuté d’après une photo, la reine apparait sous des traits qui ne sont pas réellement les siens mais cette représentation est l’antithèse de celle qui figure plus haut. Soumise, la Reine Ranavalona III n’inspire plus ici l’ironie mais la compassion.

La reine Ranavalona III en exil à Alger

La reine Ranavalona III en exil à Alger, en compagnie de sa tante Ramasindrazana et de sa petite nièce Marie-Louise

Plusieurs blogs de collectionneurs présentent des documents iconographiques intéressants.  Blog d’Automne, par exemple. Le blogmaster  est lui aussi plein de compassion pour les Malgaches enrôlés sous les drapeaux lors de la guerre de 14-18 et morts pour la France. Certaines photos, à ma connaissance  peu vues jusqu’à présent sur le Web, sont données sans indication de  source.

Bien d’autres sites web auraient dû être présentés, notamment celui de la bibliothèque universitaire d’Antananarivo qui conserve les photos des premiers universitaires et étudiants malgaches au 19e siècle mais un recensement exhaustif de l’iconographie ancienne malgache est actuellement en cours de réalisation. Des personnes se sont en effet attelées à cette lourde tâche. Souhaitons que l’Inventaire provisoire et les propositions d’action (2) qui font le point sur la question ne sont qu’une étape et que l’on dépassera le stade du défrichement.

Le paquebot Iraouaddi (1895)

Le départ de l’Iraouaddi pour Madagascar (cliché Dalmouth non daté). Le port de Marseille a vu partir au milieu d’acclamations populaires, le paquebot l’Iraouaddi emportant vers Madagascar les troupes choisies qui vont venger l’honneur du drapeau français et assurer à la France une riche et féconde colonie.

1. Hova. Mot employé communément autrefois et à tort pour désigner les Merina, habitants des Hautes terres centrales de Madagascar.
2. Philippe David.  Iconographie ancienne de Madagascar : Inventaire provisoire et propositions d’action. Tsingy , n. 8, p. 96-102.

Les commentaires sont clos.