28 avril 2006

Du miel ou du sirop sur France musique?

Le timbre de certaines voix qui se sont succédé sur France Musique(s) depuis des décennies ont marqué cette chaîne radiophonique pas comme les autres. En retrouvant récemment sur les ondes l’accent agréable et si délicieusement british de Mildred Clary qui reprenait du service, les chers et vieux auditeurs se sont pris a regretter le temps ou d’autres voix, malheureusement éteintes aujourd’hui, charmaient leurs oreilles : celle d’un Bernard Gavoty avec son ton quelque peu sentencieux, celle, un peu cassée (ou nasale ?) de Philippe caloni qui ne se départissait jamais de son ton enjoué malgré l’heure matinale de l’émission qu’il animait, le sympathique accent américain de Sim Copans…

On écoutait ces voix avec plaisir et l’on regrette que leurs équivalents ne soient pas plus nombreux aujourd’hui. La sobriété, l’excellente diction, voire la préciosité d’une Anne Montaron sont l’un des antidotes aux bavardages prétextes à étalage de culture qu’il nous faut supporter trop souvent avant de pouvoir écouter un peu de musique. Plus grave, depuis quelques temps, France musique nous surprend avec des annonces musicales dites par des voix proches des roucoulades suaves caractérisant les annonces d’aérogares. Chasserait-elle sur les terres de Radio classique, déjà familière de telles coupures publicitaires sirupeuses, aussi difficiles à avaler que l’huile de foie de morue? A trop vouloir être dans l’air du temps, une chaîne de radio perd une partie de son âme et forcément des auditeurs.

France musique ou les « Paroles de mon moulin »...

France musique ou les Paroles de mon moulin...

Les commentaires sont clos.