21 avril 2020

PQ et QI

lettrine-la pénurie de papier hygiénique dans les magasins a commencé avant que Macron ne lance sa déclaration de guerre au covid-19, retardée pour raisons électorales… Le vieil instinct populaire a fonctionné, comme en 39, quand les Français, marqués par les pénuries de PQ qu’ils avaient connues lors de la Grande guerre, se sont rués sur les stocks. La presse - jamais la dernière pour faire monter la mayonnaise - ainsi que les réseaux sociaux, ont relayé les angoisses au niveau mondial, et contribué à amplifier le phénomène ; le 2e conflit mondial ayant duré encore plus longtemps que le premier, le réapprovisionnement en la matière (fécale!) n’a pas toujours été facile, ainsi qu’en témoigne une carte postale humoristique du temps.

Je voudrais du papier hygiénique - Avez-vous rapporté les vieux?

Je voudrais du papier hygiénique - Avez-vous rapporté les vieux?

J’ai déjà déjà parlé de ces stocks dévalisés mais si j’en remets une couche, comme aurait dit Coluche, c’est pour rappeler que cet article aujourd’hui très banal a eu du mal à s’imposer à ses débuts. Ils ne remontent d’ailleurs pas très loin,  au 19e siècle ; ce «  Gayetty’s Medicated Paper », du nom de son inventeur américain, était en effet cher et les gens trouvaient plus pratique et économique d’utiliser le bon vieux papier journal ou celui des catalogues…
Il faut croire que cette habitude s’est complètement perdue aujourd’hui, du moins dans les pays dont le niveau de vie des habitants leur permet cet achat aussi banal que celui du savon ou des mouchoirs en papier.

Ce n’était pas encore le cas en France dans l’après guerre, quand existaient encore des « petits coins » dans lesquelles le papier journal a continué d’être utilisé pour cet usage autre que la lecture, cette dernière précédant parfois de peu l’ultime emploi de ce papier « multifonctions », comme on ne disait pas encore à l’époque. Qui n’a pas connu ces cabinets au fond d’un jardin ou d’une cour, dotés d’un éclairage autre que celui d’une lampe de poche dans le meilleur des cas, n’a pas connu la France profonde. En ces début du 21e siècle « en situation de guerre », la ruée sur le papier hygiénique confirme que les gens ne pensent même pas que des solutions alternatives existent. On peut s’inquiéter de savoir comment réagiraient tous ces affolés en cas de conflit classique. Mais n’est-ce pas la situation terrible que vivent quotidiennement les Syriens sous les bombardements  depuis des années?

Laissez un commentaire

 

 

 

Vous pouvez utiliser ces balises HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>