22 mars 2020

Ne pas vivre con mais finement!

Ceci n'est pas un isoloir

Ceci n'est pas un isoloir

Le premier tour des élections municipales a eu lieu mais le deuxième est repoussé à juin, comme on pouvait s’y attendre. Ce délai laisse aux candidats qui doivent y aller le temps de préparer les fusions de listes. Multiplier le nombre des listes n’est jamais très bon pour les résultats, soit dit en passant et je parle par expérience - pour m’être présenté autrefois à des élections locales sur une liste PSU. L’éparpillement des voix qui en résulte permet seulement de connaître son « poids électoral » personnel, quitte à ce que son ego en prenne un coup. Le plus étrange est que je ne me souviens pas si ces élections (de 1983) ont fait l’objet d’un deuxième tour, là où je me présentais …Tout cela est déjà si loin …

Réflexion sur la mortConfinement oblige, j’ai l’impression d’être devenu le membre passif d’une humanité figée attendant la fin du monde. Cette immobilité imposée par la menace diffuse du coronavirus est propice à la réflexion, sur soi-même et les autres. Faire le point, en quelque sorte, comme si les personnes à risques - catégorie à laquelle j’appartiens malheureusement - ne devaient pas réchapper de cette pandémie qui nous rappelle combien nous sommes fragiles face aux caprices imprévisibles et incontrôlables de la nature. Je ne dirai pas que cette dernière semble vouloir se venger des humains parce qu’ils ne la respectent pas ; ce serait tomber dans les croyances primaires et les superstitions primitives, comme celles qui semblent animer ces « groupes de prière » qui, par leur ignorance et leur comportement égocentrique ont favorisé collectivement la propagation du covid-19 dans l’Est de la France.

Moutons de Panurge

Encore des gens demeurés aux temps où les dogmes religieux avaient force de loi (contaminez-vous les uns les autres) et où l’on ne pouvait recourir qu’ aux recettes de bonnes-femmes, pour ne pas dire de sorcières, pour se soigner. On peut se demander combien parmi ces gens là sont favorables aux vaccins. Celui qui sera mis au point contre le covid-19 n’est pas encore trouvé et ce dernier frappe sans discernement on le sait, comme l’ont fait avant lui tous ces fléaux qui se sont succédé sur terre dès l’aube de l’humanité, en passant par de la peste et la grippe espagnole.

Homme pleurantIl y a cependant une grande différence ; contrairement à leurs lointains prédécesseurs qui n’avaient que des prières pour tenter de conjurer le sort et leurs yeux pour pleurer, les hommes ont maintenant à leur disposition de réels moyens de lutte et cherchent à en découvrir d’autres, adaptés aux situations nouvelles. En outre, malgré les antagonismes politiques qui subsistent et qui les opposent encore sur bien des points, ces hommes ont pris conscience qu’au 21e siècle une coopération internationale était indispensable dans le domaine de la recherche. Celle-ci semble se mettre en place, au-delà des réflexes nationalistes et des rivalités entre équipes scientifiques.

Guignol à la Chambre_

« Nous sommes en guerre » a martelé Macron lors de son discours télévisé, pour faire oublier ses tergiversations devant une situation grave rappelant effectivement les temps de guerre. Beaucoup en avaient pris conscience, avant les déclarations théâtrales tardives d’un  président rompu aux performances scéniques depuis ses apprentissages lycéens.

blogLes blogs sont là pour rappeler que les « sans grades médiatiques » ont eux aussi des idées et les expriment, au fil des jours et des mois, voire des années. Concernant «  Desseins de la semaine »,  la pause pour confinement est l’occasion d’un nouveau bilan d’étape,  le précédent remontant à 2013. Le blog entre dans sa quatorzième année; les chiffres sont là qui montrent la progression du nombre de billets (458), de pages (27) et d’images (1031). Les chiffres significatifs antérieurs datent de 2011 et traduisent inversement une diminution du nombre des visites. Les fluctuations des statistiques de consultation restent liées au choix des sujets abordés ; ainsi, j’ai quelque peu délaissé Madagascar ou le domaine malgache (qui représentent néanmoins le quart des billets); il n’est donc pas étonnant que le nombre des lecteurs de la Grande Île ait régressé en conséquence. Je compte y revenir bientôt, notamment pour traiter d’onomastique, de généalogie familiale ou/et encore d’iconographie.

lecteur

lecteur de blog

Petite compensation, de nouveaux lecteurs ont rejoint les anciens, attirés peut-être par les rubriques créées récemment, la «  cimaise virtuelle », par exemple, le « Carnet à desseins » ou l’index des extraits d’œuvres et œuvrettes présentes sur le blog (presque 80). Certains de ces textes relèvent de l’insolite ; d’autres sont carrément farfelus, En ces temps d’incertitude, il est plaisant de pouvoir sourire encore. Enfin, je dois des excuses aux lecteurs qui ont posté des commentaires que j’ai laissés sans réponse. Sur le moment, j’étais persuadé qu’ils n’en attendaient pas ; ce en quoi j’avais sans doute tort.

Pied de nez au covid-19

Pied de nez au covid-19

retour

Laissez un commentaire

 

 

 

Vous pouvez utiliser ces balises HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>