14 mars 2020

Covid : les métamorphoses

Tête d'épomophore monstrueuxPeut-on rire du covid-19 et de la pandémie qui affecte la population mondiale ? Des internautes qui aiment les jeux de maux se sont déjà emparé du « virus de la Corona », dont - selon la rumeur - feu Jacques Chirac-aurait été affecté, comme tant de buveurs de bière amateurs de la marque.

Le coronavirus, dont je disais il y a quinze jours qu’il ne faisait pas de quartiers et ne tenait pas compte des quartiers de noblesse des gens, a touché des dirigeants iraniens ; ceux-là même peut-être qui voulaient cacher sa nocivité au peuple, pour ne pas perturber les élections. Cette attitude dilatoire est différente du choix qui a été fait en France puisque, après qu’il ait été question de reporter les élections municipales pour des raisons sanitaires, il a été décidé finalement de les maintenir, pour d’évidentes raisons politiques, quoique Macron s’en défende. Ce type de réaction n’est pas nouveau, comme le montre le précédent suivant.

ÉPIZOOTIE - Vous, monsieur, qui êtes vétérinaire, dites-nous si on arrivera bientôt à guérir cette fièvre aphteuse ?... - Oh ! Chère Madame, pas avant les élections.

- Vous, monsieur, qui êtes vétérinaire, dites-nous si on arrivera bientôt à guérir cette fièvre aphteuse ?... - Oh ! Chère Madame, pas avant les élections.

Les élections auront donc lieu aux dates prévues mais, comme dans les auberges espagnoles, chacun devra apporter son stylo et se laver les mains. A condition d’avoir du savon.

En effet, les stocks, et pas seulement de savon, diminuent à vue d’œil dans certains supermarchés français; dans ces cas là, les trouillards (ça rime avec pillards et c…) sont les premiers à tenter de « covider » les magasins pour constituer des réserves, comme en temps de guerre. Ont-ils réfléchi, ces braves gens au comportement de hamster ou d’écureuil, au fait que ces réserves seront de toutes façon insuffisantes à terme ? Ces citoyens modèles se fichent de perturber les circuits d’approvisionnement des magasins; dans leur panurgisme, je les vois aussi sous les traits de lemmings fuyant vers la mer et dégageant le chemin en écrasant les autres, comme les passagers à l’assaut des chaloupes dans un navire en train de sombrer.

Ces razzias me rappellent l’après-guerre, quand j’étais encore gamin ; ma famille rendait des visites dominicales à une tante et un oncle que les questions de survie quotidienne avaient dû inquiéter sous l’Occupation. Ils disposaient en effet des surplus conséquents d’un stock de minuscules savonnettes dures comme du bois, réserves qu’il avaient sans doute faites en ces temps difficiles; ces savonnettes étaient mises à disposition sur leur lavabo ; ils nous en avaient aussi donné quelques-unes. J’ai ainsi pu me laver les mains pendant un temps avec ces petits savons enveloppés dans un papier fin et qui ne moussaient pas.

Des gens qui se font mousser, ce sont les durs de la CGT qui semblent vouloir reprendre la grève à Radio France et vont commencer à nous emmerder sérieusement s’ils persistent. A se demander ce que feraient ces irréductibles avec leurs œillères si par malheur un nouveau conflit survenait. Mais au fait, ces enragés savent-ils que la guerre au Covid-19 est déclarée ? Peut-être devraient-ils garder une partie de leurs forces pour les mettre au service de ce combat aussi vital que celui des retraites où il n’y a pas mort d’homme.

Trump, toujours aussi éclairé - pour ne pas dire illuminé - a peur de la mort et c’est normal, vu son âge et le contexte ; moi aussi j’en ai peur (de la mort mais autant de Trump); ce qui explique peut-être l’ augmentation de la fréquence de mes billets (le chant du signe?) En fin stratège, le Yankee qui décide de tout sans rien demander à personne ferme maintenant l’accès du sol américain aux Européens, citoyens britanniques exceptés. Jusqu’à quand? Est-ce parce que ce génie de la diplomatie à géométrie variable possède un golf en Grande Bretagne ou parce qu’il pense que le Brexit recèle des propriétés vaccinales assez puissantes pour empêcher la propagation du virus ? A cet égard, je m’étonne que personne n’ait encore fait le rapprochement entre covid-19 et Dracula. Dans le roman de l’Irlandais Bram Stoker, le personnage se métamorphose en chauve-souris (1) semant la mort de par le monde…Espérons que la réalité ne rejoindra jamais la fiction…

Epomophore monstrueux

Épomophore monstrueux

1. Déjà présent chez Ovide qui métamorphose les filles de Minyas en chauves-souris, cet animal se retrouve sur la table des Chinois. On sait maintenant qu’il est (avec le pangolin qui figure aussi dans les plats cuisinés des mêmes), à l’origine de la pandémie. On peut lire ici quelques informations récréatives sur ces petites bêtes appréciées par les uns et longtemps détestées par d’autres qui, autrefois, les clouaient vivantes sur les portes des granges parce qu’on pensait qu’elles portaient malheur, comme les chouettes et les autres oiseaux de nuit.

retour

Laissez un commentaire

 

 

 

Vous pouvez utiliser ces balises HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>