22 janvier 2020

Le salaire du ripeur

Encore un calendrier! Est-ce que vous allez passer comme ça tous les ans? Le dernier n'est même pas usé!

Encore un calendrier! Est-ce que vous allez passer comme ça tous les ans? Le dernier n'est même pas usé!

Janvier, mois des étrennes, touche à sa fin et je n’ai pas encore vu de représentants de ces divers corps de métiers qui passaient traditionnellement chez les gens pour leur proposer un calendrier ou quémander un peu d’argent. En cette période de grèves tous azimuts, les intéressés ont peut-être pensé que le moment était mal choisi… J’ ai traité de la question des étrennes il y a une dizaine d’années, en évoquant un métier pas encore disparu, celui de concierge. Autrefois, ce personnage, clé si j’ose dire, des immeubles  a souvent fait l’objet de caricatures dans la presse, notamment en cette période.

Les temps changent, les métiers et leur dénomination aussi. Si le « boueur  » de la Renaissance, devenu «  boueux  » au début du 19e puis «  éboueur  » à la fin du siècle, sa fonction est restée la même. Au 20e siècle elle s’est mécanisée et celui qu’on appelle maintenant «  le ripeur  » (1) continue d’évacuer les déchets - réels et non virtuels de la société. Il se coltine tout ce dont se débarrassent les gens, du moins ceux qui respectent les règles de base et qui mettent bien leurs ordures aux endroits prévus à cet effet.

Les beaux jours de la vieM'sieu...permettez que je vous la souhaite bonne et heureuse...j'suis' vot'boueux

M'sieu...permettez que je vous la souhaite bonne et heureuse...j'suis' vot'boueux

Malgré l’amélioration des conditions de travail du ripeur, sa tâche reste pénible et s’exerce souvent à «  pas d’heure  ». S’il est déplaisant d’être réveillé par le bruit infernal du camion benne des encombrants, alors qu’on vient juste de s’endormir, il faut aussi penser à l’heure à laquelle le ramassage a commencé dans ces agglomérations qui ne cessent de s’étendre, sans que les effectifs des personnels suivent le développement urbain et l’extension de l’aire de collecte. Le ripeur n’y est pour rien si son employeur lui impose ces horaires inadaptés à la vie d’aujourd’hui. L’autre choix, celui des tournées ayant lieu dans la journée, est plus conforme aux règles régissant les conditions de travail et sont un moindre mal pour le public ; elles gênent surtout les bobos bloqués derrière un camion à l’arrêt.

Il y aurait d’autres raisons de pester, notamment lorsqu’on apprend que dans des villes où le tri sélectif fonctionne à merveille, dans la gazette municipale du crû du moins, les déchets déposés dans les containers dûment spécifiés sont au final versés en vrac dans la même benne. Ce n’est pas le ripeur qui l’a dit à une personne qui me l’a rapporté qui démentira. Cette pratique semble être courante aux États-Unis, où l’enlèvement des ordures est confié à des sociétés privées, selon un observateur digne de foi ayant résidé à Washington où le tri sélectif est pratiqué.

Il faudra entourer toutes nos villes fortes d'une ceinture de dépotoirs, pour les rendre aussi inabordables que Paris.

Il faudra entourer toutes nos villes fortes d'une ceinture de dépotoirs, pour les rendre aussi inabordables que Paris. (dessin de Draner)

Ce problème des déchets et le thème aujourd’hui très porteur de l’écologie sont le nouveau leitmotiv des candidats aux élections municipales de mars prochain. Gageons qu’après les campagnes électorales menées par nombre de «  NC  » (nouveaux convertis (2), ceux qui auront été élus mèneront une politique municipale en accord avec les promesses d’avant les élections.

Poubelle l'avis

Poubelle l'avis

1. Ouvrier qui décharge les marchandises d’un wagon (terme apparu au 20e sièle).
2. Expression revenue à la mode mais déjà employée au 17e siècle, à propos de certains protestants contraints d’abjurer leur foi après la révocation de L’Édit de Nantes.

retour

Laissez un commentaire

 

 

 

Vous pouvez utiliser ces balises HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>