30 décembre 2009

2009 avant J.C., 2010 après

La période des fêtes de Noël et du jour de l’An est propice aux retours en arrière et aux projections vers l’avenir. Cette entrée en matière serait d’une banalité déconcertante si le retour en arrière en question n’évoquait pas le temps ou le métier le plus noble était celui de scribe. Une visite des collections égyptiennes du “Neues Museum” de Berlin admirablement repensé par David Chipperfield provoque immanquablement cette réflexion sur la longue histoire de l’écriture et l’ humaine volonté de laisser une trace de son passage sur terre. Tout scribouilleur qui se respecte a un peu conscience que “le mot, c’est la mort sans en avoir l’R”,  même s’il  ignore que  l’on doit cette lumineuse pensée a Adolphe Ripotois. Quatre mille ans ont passe ;  le  stylet et le papyrus, du  modèle qwerty malheureusement, me permettent d´écrire avec beaucoup de peine  la note d’aujourd’hui ; elle est en effet rédigée sans les signes diacritiques propres au français et qui relèvent eux-aussi de l’identité nationale. En contrepartie,  je n’aurai pas besoin de faire appel aux  pigeons voyageurs pour envoyer ce message, comme le faisaient encore - à l’instar des anciens Égyptiens -  les Parisiens assiégés par les Prussiens en 1870…

Sans remonter si loin, cette période de l’hiver et le contexte égyptologique qui m’inspire ce soir m’ont fait aussi penser a ma jeunesse parisienne lorsque, au Quartier latin,  je fréquentais le “Champollion” et l’«Actua Champo”, ces deux minuscules salles de cinéma superposées dont l’entrée commune se trouvait  à l’angle de la rue du même nom et de la rue des Écoles.  Une des salles, je ne me rappelle pas laquelle, offrait cette particularité de projeter les films vers l’arrière  sur un miroir qui renvoyait l’image sur l’écran.  Ce dispositif de rétroprojection certainement dû a l’exiguïté ou a la disposition des locaux, ne se remarquait que si l’on se demandait la raison du carre  lumineux scintillant (le projecteur)  juste au-dessus de l’écran. Autre souvenir de ces salles de cinéma dont le prix d’entrée était de 95 centimes (de franc!),  l’ouvreur qui de sa voix de tête proposait  a l’entracte des chocolats glaces “Kim” et ceux  d’une marque absolument inconnue ou disparue aujourd’hui :  “Kimemberg” (?).

La neige et le froid marquent dans les pays occidentaux un événement qui s’est passe il y a deux-mille ans et des poussières dans un pays au climat moins rigoureux et ici je ne parle pas du climat politique. Pour des millions de gens  de par le monde, le christianisme ne représente que la  religion des Européens, une religion qui enseigne la charité alors que les sans abri sont toujours aussi nombreux dans les rues. Après les flashs d’information sur l’action des œuvres caritatives qui essaient d’apporter quelques secours aux plus démunis,  les paillettes télévisuelles des émissions de divertissement ont vite fait de couvrir d’un voile pudique le spectacle de vies ratées. Loin des agapes traditionnelles, je terminerai par la scène d’un rêve fait récemment : j’étais allongé dans une herbe verte et grasse, je rampais en me  gavant de feuilles ;  certaines avaient un délicieux  gout de laitue.  Est-ce l’impact du discours écologique  ou  serais-je hante inconsciemment par l’idée que je suis bête a manger du foin? Quoi qu’il en soit, je  souhaite a tous d’en avoir plein vos bottes en 2010.

Dersenedj, scribe administrateur de domaine. Ancien Empire, 5e dynastie, vers 2400_avant J.C.

2 commentaires à 2009 avant J.C., 2010 apres…