30 septembre 2016

1916 : année de mort et année de naissance

J’ai déjà eu l’occasion d’évoquer la première guerre mondiale ; à travers les poèmes de trois auteurs qui ont participé aux combats : un Allemand, un Français et un Américain. Je reviens sur 1916 parce que j’ai relevé que cette funeste année, où  tant d’anonymes sont tombés sur les champs de bataille, marque aussi la disparition de personnalités ayant chacune joué un rôle politique important dans leur pays  : l’empereur d’Autriche François-Joseph, Raspoutine à la cour de Russie, le général Gallieni, en France et dans ses colonies ou futures colonies. Récemment nommé ministre de la guerre, l’homme à la poigne de fer qui déposa la reine Ranavalona III (elle disparaitra à son tour l’année suivante), aurait peut-être changé plus tôt le cours de la guerre s’il n’avait pas dû renoncer à son poste pour raisons de santé.

On ne refait pas l’histoire mais les guerres perdurent; en 2016, la Syrie en traverse une atroce ; cette Syrie qui faisait partie du futur plan de partage de l’empire ottoman (accord secret Sykes-Picot du 16 mai 1916) ; les Français convoitant la côte syro-libanaise,  tandis que les Anglais se réservaient la Mésopotamie jusqu’à Bagdad et le port de Haïfa. Il est loin le temps où la guerre avait été mise hors la loi. Le plan Briand-Kellog signé à Paris douze ans plus tard (août 1928) ne fut qu’un vœu pieux…

1916  marque aussi l’année de naissance de nombreuses personnalités mais aussi de personnes dont on ne parlera jamais sinon leurs proches. Il en est ainsi de celle qui mettra au monde le signataire de ces lignes, au beau milieu du second conflit mondial. On voit que dans  toutes les périodes de guerre les gens de l’arrière continuaient de vivre… Je ne pouvais laisser se terminer le mois de septembre sans un bref hommage à cette femme discrète et sans profession qui consacra toute son énergie à élever ses cinq enfants.

Pour illustrer mon propos sur cette année qui a vu se dérouler la terrible bataille du Chemin des Dames, je renvoie à la « Ballade du vieux poilu »; ce  poème, très éloigné du triomphalisme des « Poilus du XXe », m’a été confié récemment par mon ami Pierre Gout qui ne vas pas très fort. Bon courage Pierre.

Léone_et_Claude

Laisser un commentaire

 

 

 

Vous pouvez utiliser ces tags HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

*