12 mars 2016

La Terre tourne, mais au tragique

L’auteur de ce constat ne m’en voudra pas d’avoir donné au titre du  billet d’aujourd’hui ce qui est aussi un vers extrait d’un poème qu’il m’a confié. Décidément, je continue de m’en remettre aux amis pour alimenter ce blog devenu bien taiseux. Mais la vision qu’a Pierre Gout, encore lui, du monde actuel correspond si bien à ce que je ressens personnellement qu’elle m’oblige à laisser de nouveau la parole à l’auteur du poème. Je n’en ai pas fini, je pense, de me défausser ainsi sur lui – et peut être d’autres – car, depuis les attentats du 7 janvier et du 13 novembre derniers, le courage et la force me manquent pour exprimer mon désarroi ; devant ces tragédies qui se sont déroulées sur notre sol mais aussi celles qui  enflamment le Proche-Orient, qui affament  l’Éthiopie  ou encore qui jugulent une Corée dont le  peuple est  trompé par ses  dirigeants insensés, se disant prêts à employer des armes nucléaires qu’ils n’auraient jamais dû posséder. La situation de 2016 n’est pas sans rappeler la poudrière qu’était le monde à la veille de la première guerre mondiale. Comment sera celui que nous laisserons à nos petits-enfants nouveaux venus, encore inconscients du danger et si heureux de découvrir la vie? Peut-on encore rêver d’un monde où les poètes, les musiciens et autres  artistes, les philosophes aussi, seront les conseillers écoutés des hommes politiques, des financiers et des nihilistes décérébrés convoqués dans la Terre tourne?

Le temps passe

Pour les enfants, la terre tournera toujours

Laisser un commentaire

 

 

 

Vous pouvez utiliser ces tags HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

*