19 janvier 2015

Ne pas cesser de dénoncer les dérives extrémistes de l’homme

Je sais que je ne me remettrai pas avant longtemps de l’ignoble assassinat qui a décimé la rédaction de Charlie hebdo. Ces crimes impardonnables et les autres qui ont eu lieu le même jour, montrent à quel point nous vivons sur une planète à deux vitesses et ce décalage est accentué avec la mondialisation, le développement des moyens de communication, physiques et virtuels. Sans oublier l’appropriation de technologies sophistiquées par des individus incapables d’une réflexion philosophique mais rompus à se servir d’une arme à feu, ce qu’un bambin de deux ans est malheureusement en mesure de faire aussi et là est le plus grand des dangers. Les terroristes se réclamant de l’Islam n’ont pas beaucoup dépassé cet âge mental et il est à craindre qu’il faudra des décennies, sinon des siècles pour qu’ils rattrapent leur retard culturel, tant les sociétés dont ces arriérés sont issus évoluent lentement sur le plan sociétal.Terroriste_islamiste s'initiant au maniement des armes

Un médecin avec qui je discutais ce soir m’a rapporté qu’un de ses patients, jeune homme d’une trentaine d’années, ignorait ce qu’avait été la Saint-Barthélemy. L’a-t-il oublié ou ne lui a-t-on jamais parlé, au long de sa scolarité - même si elle s’est arrêtée au niveau de la 3e - de ce massacre de masse perpétré en 1572 contre les Protestants français pour des raisons politico-religieuses ? Malgré l’absence de mise en perspective, ce jeune homme perçoit l’horreur des tueries perpétrées plus de quatre siècles plus tard par des gens spirituellement proches de milieux dont la religion est indissociable de l’état civil. Sur ce plan, la France a su faire une deuxième révolution à l’orée du 20e siècle en séparant l’Église de l’État et, ce faisant, elle a montré un chemin que bien d’autres pays pourraient suivre. Ils ne le veulent pas car ne pas dissocier religion et État n’est-il pas le meilleur moyen de contrôler les peuples ? En écrivant cela, je ne pense pas seulement à l’Islam car le totalitarisme qui règne en Chine procède d’une logique similaire, même s’il est d’une autre essence.

Je ne lis Charlie hebdo que de temps en temps, pour m’assurer - avec le Canard enchainé aussi - qu’une presse indépendante et non inféodée à la publicité, peut vivre, en abordant ces sujets qui fâchent et en remettant les pendules à l’heure, tout en se riant des excès. La presse conventionnelle a une fâcheuse tendance à oublier de le faire, en privilégiant plutôt l’aspect consensuel de l’information. Beaucoup de lecteurs qui attendent de pouvoir dégoter un exemplaire de Charlie hebdo seront sans  doute surpris en en découvrant le contenu. Il a peut-être une tonalité différente, du fait de la disparition du meilleur des dessinateurs de presse français qui œuvrait dans les deux hebdomadaires mais il restera, avec son confrère à plumes,  ce gardien vigilant toujours prêt à dénoncer les dérives extrémistes de l’homme.

Les commentaires sont clos.