15 septembre 2014

Rentrée – sortie

Pourquoi les rentrées sont-elles si difficiles même lorsqu’on n’exerce plus d’activité salariée ? Sans doute parce que, comme les “actifs”, on a vécu hors du temps pendant quelques semaines et que l’on ressent ce que vivent les écoliers, les lycéens les étudiants et, bien sûr, les nombreux travailleurs pour lesquels la fin des vacances signifie la perte de liberté et la confrontation avec le réel : hiérarchie tatillonne et autoritarisme insupportable des petits chefs, sans distinction de sexe, contexte politique national et international morose, déprimant et révoltant quand le dialogue se résumé aux échanges de tirs et aux décapitations barbares d’otages.

On pense aussi à ceux qui ne reprennent pas du service et qui doivent être amers d’avoir été mis sur la touche, comme ces producteurs de France musique dont le sort a été scellé, une fois de plus, sur des critères que l’on ne connait toujours pas. Je leur consacrerai un nouveau billet prochainement. N’ayant pas encore retrouvé mon rythme (et mon souffle ?) je m’en tiendrai aujourd’hui à ces quelques considérations.

Le départ pour l'école

Le départ pour l'école. Dessin © Claude Razanajao

Les commentaires sont clos.