4 août 2014

Publicité télévisuelle abhorrée

Qui ne se souvient de l’irrésistible sketch des Inconnus mettant en scène deux jeunes de banlieue dialoguant de loin ; l’un, depuis la rue, invite l’autre - à sa fenêtre du premier étage - à venir le rejoindre. Mais voilà, ce dernier ne peut pas descendre : il attend qu’arrive la prochaine coupure publicitaire à la télévision tandis que sa mère suit un film… Autant cette légère satire contre l’inculture m’a amusé en son temps, autant je n’ai pas ri samedi dernier en regardant (de nouveau) deux épisodes de Maigret, avec l’imposant Bruno Cremer, diffusés sur D8. Je ne m’attendais pas à ce qu’ils soient précédés, entrecoupés (deux fois) et suivis de ces odieuses et interminables annonces publicitaires dont j’avais presque oublié l’existence (je regarde peu la télévision et rarement les chaines privées).

Si j’ai quelque chose à porter au crédit de Nicolas Sarkozy, c’est d’avoir fait supprimer partiellement la publicité sur les chaines publiques. J’ignore quelles ont été les motivations principales de l’ancien Président de la République mais j’ose croire, qu’en homme intelligent malgré ses défauts, il a aussi pris conscience du caractère intrusif et du faible niveau intellectuel des messages publicitaires proposés par les annonceurs. On ne leur demande pas d’avoir lu la Princesse de Clèves mais d’arrêter de croire que le public est en majorité composé de demeurés, enfants y compris.

J’évoquais récemment la toujours faible audience de France musique. Je pense qu’elle augmentera quand les chaines de télévision privées auront élevé leur  niveau culturel et de façon durable. Mais comme elles vivent de la publicité, aussi nulle soit-elle, elles ne peuvent y renoncer sans mettre en péril leur situation. Le président de TF1 ne se plaignait-il pas de voir le nombre grandissant de téléspectateurs qui, grâce aux nouvelles technologies, squeezaient les spots publicitaires pendant les retransmissions du Mondial de football ? Là je dis “bravo” ! Ce refus de la publicité télévisuelle et autre est une marque de clairvoyance, voire d’intelligence. Pour ma part, je regrette de ne pas être équipé du système proposé par certains fournisseurs d’accès à Internet qui permet de vérifier sur un mini-écran de contrôle le moment où le téléfilm ou le documentaire que je regarde sur une chaine privée reprend après la coupure publicitaire, tandis que je suis passé sur Arte ou sur la 5 pour tromper mon attente devant le petit écran ; comme l’un des compères joué par les Inconnus : celui qui, à sa fenêtre, attend la diffusion de la publicité….

Les commentaires sont clos.