3 février 2014

Hery Rajaonarimampianina? Vous me la copierez!

Qui a copié-collé le discours d’investiture de Hery Rajaonarimampianina, premier président élu de la 4e république malgache ? On est effaré de voir qu’un membre de son staff ait pu lui glisser une pareille peau de banane sous les pieds alors qu’il fait ses premiers pas à la tête de l’État. Il est en effet impensable que cette bêtise soit de son fait ou ce serait de nouveau à désespérer !

Son nègre plagiaire de l’ombre (un Français, peut-être?) ne savait-il pas qu’à l’ère de l’Internet c’est devenu un jeu d’enfant de mettre en lumière un plagiat? Oui, quelques secondes seulement suffisent  pour identifier la source de n’importe quel texte ou image mis en ligne, du moins si les originaux y figurent déjà.  Les passages des discours grappillés et empruntés à ceux de Nicolas Sarkozy pour cette conférence du 25 janvier se trouvent effectivement sur le Web, notamment celui-ci qui a largement servi (1).

Cette bévue de potache ayant oublié - ou ne connaissant pas - ses classiques « Antsy be vaky maso : ka na tsy hitan’ ny olona aza, hitan’ ny hazo » (2), augure mal des capacités intellectuelles, voire politiques, de l’entourage immédiat du président. On n’ose croire, du moins pas encore, qu’il s’agisse d’un acte délibéré pour le ridiculiser et le discréditer d’entrée.

On peut donc lui conseiller de remplacer rapidement son « spin doctor » ou son “vazaha communicant” ou encore de retourner lui-même aux sources du kabary (discours malgache),  s’il veut convaincre de sa sincérité et de sa réelle volonté de remettre Madagascar en marche, afin de rapidement faire oublier ce que l’on espère n’être qu’une maladresse de débutant.

1. Discours d’investiture de Hery Rajaonarimampianina le 25 janvier 2014. Extraits You Tube mis en parallèle avec des extraits d’un discours de campagne de Nicolas Sarkozy pour les élections présidentielles de 2007.
2. La hache est ébréchée ; les gens ne le voient pas mais le bois, lui, le voit (le mal finit toujours par être découvert).

Les commentaires sont clos.