5 juin 2013

Polytechnique : un surdoué et un recalé sous le signe de la caricature

Un autre dîner en compagnie d’anciens polytechniciens à la retraite m’a donné l’idée de rapporter de nouvelles anecdotes à propos d’ « X » célèbres; elles concernent cette fois deux personnalités du 19e siècle : Joseph Bertrand (1822-1900) et Amédée de Noé (1818-1879), plus connu sous son pseudonyme de Cham. Ils ont en effet en commun d’avoir présenté le concours d’entrée à l’école polytechnique. Si Joseph Bertrand y fut reçu 1er à 17 ans en 1839, ce ne fut pour lui qu’une formalité car ce génie des mathématiques - on l’appellerait aujourd’hui un surdoué - avait déjà réussi les épreuves à 11 ans! Joseph Bertrand -  caricature (1886)Bien que doué en mathématiques, Cham avait sans doute des points faibles puisqu’il fut recalé à l’oral. On dit aussi que cet échec serait dû à un dessin qu’il aurait fait circuler : une caricature représentant son examinateur… Cham avait en fait d’autres dons et cette même année 1839, il publiait son premier album : Monsieur Lajaunisse, œuvre considérée comme la première bande dessinée française. On peut se réjouir que l’excellent dessinateur ne soit pas devenu polytechnicien ; le monde de la caricature y aurait beaucoup perdu.

Académicien se rendant à une séance  du Dictionnaire

Il va travailler au dictionnaire. Ah bien, merci. Il y en aura de drôles au mot cocotte !

Cham ne semble pas avoir regretté cet échec. Les polytechniciens, sinon les académiciens, ne furent pas la cible de ses flèches dont les pointes n’étaient d’ailleurs pas aussi acérées que celles d’un Daumier dont il a subi l’influence plus tard. Quant à Joseph Bertrand, après une brève carrière d’ingénieur des mines  (démission en 1846), il se consacre aux mathématiques. Il enseigne d’abord au Lycée Saint-Louis puis à  l’école polytechnique où il est examinateur d’admission et répétiteur, enfin au Collège de France où il donne un cours de physique générale et de mathématiques. Reçu à l’Académie des sciences en 1856, il en devint co-secrétaire perpétuel en 1874. Il est élu à l’Académie française en 1884. Il a écrit de nombreux ouvrages et son nom est attaché à une série, un postulat et un paradoxe.

Cours d'analyse de Joseph Bertrand

A la différence du répétiteur qui aurait recalé Cham, Joseph Bertrand semble ne pas avoir été imperméable à l’humour. Deux caricatures le représentant figurent en effet sur la page de couverture d’un de ses cours donnés aux les élèves de Polytechnique. Qui plus est, la page de frontispice de ce cours d’analyse pour l’année 1886-1887, « promo rouge », est entièrement occupée par une bande dessinée où on le voit en action et dans ses réflexions derrière sa chaire. Est-ce un des étudiants de l’assistance qui a dessiné l’ensemble ? Une signature figurant sur le dessin de couverture est peu lisible. On déchiffre « P. de (ou A?) Viry » ; est-ce un homonyme de Paul Alphonse Viry (1832-1913) ou le peintre lui-même ? L’artiste et le professeur pouvaient très bien se connaitre. Je laisse aux exégètes de l’œuvre de ces deux personnalités le soin de répondre à cette question.

Joseph Bertrand pendant son cours d'analyse

Joseph Bertrand caricaturé pendant son cours d'analyse à l’École polytechnique - année 1886-1887

Cliquer pour agrandir l’image.

Les commentaires sont clos.