27 mars 2013

Les livres comme les petits pois : bon poids !

Je lisais récemment l’appel lancé par la responsable d’une petite médiathèque du Midi de la France qui voulait donner une dernière chance aux « livres non lus » conservés dans son établissement ; elle demandait aux lecteurs de lui donner des idées, sinon ces livres passaient à la déchiqueteuse! L’ancien bibliothécaire, qui sauvait des documents quand il le pouvait et ne consentait au « désherbage » que lorsque les documents n’en pouvaient plus d’avoir été trop lus, s’est rappelé le temps lointain où, comme d’autres collègues motivés, il participait à la campagne « Des livres pour le Vietnam ». Les livres envoyés dans ce malheureux pays, dont les avions de guerre américains bombardaient alors les populations et déversaient sur ses forêts des tonnes de défoliants « pour le ramener à l’âge de la pierre », n’étaient pas des livres en mauvais état ou non lus et l’on peut espérer qu’ils ont été longtemps utilisés après la fin du conflit. Aujourd’hui, certains pays, en état de guerre civile ou en simplement en état de pénurie (ou les deux) sont toujours demandeurs et leurs populations  pourraient s’étonner que dans les pays nantis on détruise les livres, comme les légumes en surproduction.

Élimination sélective des livres

Élimination sélective des livres

Avant d’éliminer de façon si radicale les livres « non lus », peut-être faudrait-il s’interroger sur la mise en valeur du fonds : est-elle suffisante ? Les acquisitions antérieures ont-elles été faites en adéquation avec le public desservi ? Pour susciter l’intérêt des lecteurs, pourquoi ne pas envisager une exposition de ces livres délaissés? Si le passage à la déchiqueteuse ne relève pas de la simple menace, cette attitude me semble faire peu de cas de la valeur intrinsèque et symbolique du livre, qu’il soit lu ou non, sans oublier sa valeur marchande. Livres au poidsDes bibliothécaires l’ont compris depuis longtemps en organisant la vente des livres usagés dont ils voulaient se débarrasser. Les règlements des pays étrangers sont sans doute moins contraignants qu’en France où les livres relevant des collectivités territoriales ou appartenant aux établissements publics sous la tutelle de l’état sont censés être inaliénables. N’ai-je pourtant pas connu autrefois une directrice de BCP qui n’oubliait pas de convoquer le ban et l’arrière ban des collègues et amis pour faire le tri et se servir avant les « mises au tombereau » ponctuelles des livres « périmés » de son établissement ? Ainsi au Canada, de vastes ventes de livres usagés (vendus au poids !), sont organisées et si jamais  certains n’ont jamais été lus, j’imagine qu’ils trouvent enfin preneur.

Jeunes lecteurs heureux

Deux jeunes lecteurs heureux

On répète à l’envi que le livre n’est pas une marchandise comme les autres et pourtant, j’ai pu observer que des livres d’occasion se trouvaient à l’étalage de boutiques dont cet article n’était pas la spécialité ; les prix en étaient fixés, à la manière de Fernand Raynaud, en fonction de leur taille : « les gros » 1 euro, les petits 50 centimes. Quelles acquisitions intéressantes j’ai ainsi pu faire chez ces vendeurs de livres  ne se souciant que du poids, car pas en mesure d’adopter le beau slogan : « mon libraire ne vend pas les livres au poids ; il donne du poids aux livres »! Ces ventes au poids ne sont plus seulement pratiquées par les bibliothécaires canadiens ; on les trouve maintenant un peu partout et même dans un marché dont le livre d’occasion est pourtant la spécialité.

Le bibliothecaire d'Arcimboldo revisité

Le bibliothécaire : un homme de poids

J’ai ainsi été étonné récemment d’y trouver un important stand, délimité par des cordes, sur lequel les livres étaient vendus au kilo, comme les petits pois… Cela se passe sur le carreau des anciens abattoirs de Vaugirard, Parc Georges Brassens dans le 15e arrondissement à Paris ; aucun prix ne figure les livres; il faut poser ces derniers sur la balance pour le connaitre. Le prix du kilo est actuellement fixé à 5 euros. Le livre sera-t-il bientôt un produit vendu à la criée?

Livres vendus au kilo

Livres vendus au kilo

Les commentaires sont clos.