27 mai 2009

La vache fioul : les producteurs et les voitures vont-ils bientôt boire du petit lait ?

Les producteurs de lait en veulent aux grandes surfaces. Ils les accusent de tirer vers le bas le prix du lait. Ils n’ont pas tort de manifester leur mécontentement, comme beaucoup d’agriculteurs d’autres secteurs qui voient leurs revenus régresser après avoir stagné. Depuis des années je me demandais pourquoi l’homme si inventif n’avait pas encore songé à utiliser le lait pour en faire du carburant. Les graisses végétales permettent d’en obtenir ; pourquoi pas les graisses animales et notamment le lait ? Ce que je pensais possible devient une réalité. Une firme allemande vient en effet de mettre au point un procédé permettant d’obtenir un carburant à partir des sous produits laitiers et en particulier du petit lait. Le lait, cet aliment à haute valeur nutritive est déjà utilisé pour des usages autres qu’alimentaires (cosmétiques par exemple) mais on sait moins qu’on peut en obtenir aussi…de la laine.

De la laine à partir de lait, une firme italienne en a produit beaucoup dans une période difficile de son histoire. Les quantités obtenues étaient assez importantes pour qu’on le rappelle ici. C’était avant la dernière guerre mondiale ; tandis que l’Allemagne obtenait un pétrole synthétique à partir de l’hydrogénation de la houille, à Milan la Societa nazionale Industria applicazioni Viscosa produisait plusieurs milliers de tonnes de laine à partir de lait, ce qui permettait alors de réduire de 50% les importations de laines étrangères en Italie. Le procédé n’a pas été oublié puisque des sociétés proposent aujourd’hui des laines réalisées à partir des protéines de lait ou des vêtements confectionnés avec cette laine ; les quantités produites semblent cependant n’avoir aucune commune mesure avec ce qui se pratiquait en 1938.

lait biocarburant

Biocarburant ou agrocarburant et le pot au lait

Mais est-ce une bonne idée de vouloir fabriquer des carburants à partir du lait de vache ? On reproche déjà le coût de fabrication des carburants obtenus à partir de végétaux , l’impact de ces ersatz sur l’environnement et le fait que la culture de ces végétaux dédiés à l’alimentation des voitures se fasse au détriment de l’alimentation humaine. On fera certainement le même reproche aux carburants obtenus à partir du lait, d’autant qu’on observe déjà que le cheptel bovin pléthorique est lui-même facteur de nuisances écologiques : le méthane produit par les rots et dans une moindre mesure les pets des bovidés et des ovins (ne riez pas !) entre pour une bonne part dans la production des gaz à effet de serre. Il semblerait donc irrationnel d’augmenter le cheptel bovin à des fins autres qu’alimentaires.

auto méthane

- Ton auto m'étonne! - Mon auto méthane?

Si après le cheval la voiture est la plus belle conquête de l’homme, ce dernier devra carburer en poursuivant ses recherches sur les autres pistes déjà ouvertes (hydrogène, électricité, air comprimé, voire d’autres ressources énergétiques non polluantes à découvrir) s’il veut pouvoir jouir encore longtemps de son mode de déplacement favori sans recourir aux biocarburants. Cette mutation se fera nécessairement puisqu’on sait que la vie des carburants d’origine fossile est maintenant finissante.

1 commentaire à La vache fioul : les producteurs et les voitures vont-ils bientôt boire du petit lait ?