25 avril 2012

La fin d’un monde en 2012 ?

Nouvelle performance de Nicolas Sarkozy en 2012 : être second au premier tour des présidentielles et le premier à réaliser cet exploit sous la 5e République ! Bravo ! Aussi encourageants soient les résultats pour les électeurs qui, pleins d’espoir, ont voté pour le changement, ces derniers regrettent que l’écart qui sépare les deux candidats ne soit pas de 4 ou 5 points, comme l’avaient annoncé certains instituts de sondage et comme je le souhaitais personnellement. Heureusement, le vibrionnant Mélenchon n’a pas provoqué la réédition du scénario catastrophe de 2002. On peut s’étonner aussi qu’un président sortant, qui aime dire le lendemain le contraire de ce qu’il a dit la veille, recueille encore autant de suffrages ; cela démontre une fois encore que beaucoup d’électeurs, sensibles aux flatteries et qui ont décidément la mémoire bien courte, votent selon leur cœur et non leur cerveau. Le nombre important de voix qui se sont portées sur la candidate du Front national l’indique bien ; les électeurs de ce parti, qui a simplement adouci les traits les plus durs de son masque, ont signifié que - malgré les appels du pied appuyés et les propos fielleux du candidat-président - ils préféraient l’original à la copie, selon l’expression chère aux militants. Les discours de division et d’exclusion caractérisant la Droite sont effectivement plus payants sur le plan électoral quand ils sont affichés sans nuances. Sarkozy va s’employer à durcir un peu plus encore le sien et faire de la surenchère mais rappelons-nous la fable du lièvre et de la tortue…Gageons qu’il va faire encore mieux ; l’effet repoussoir peut très bien provoquer une réplique, mais à l’envers, du deuxième tour des présidentielles de 2002!

Inversement, les faibles résultats de la candidate de l’écologie montrent également et très clairement que les électeurs avisés se réclamant de cette mouvance ont choisi le vote utile. Les élections présidentielles ne sont pas les élections législatives et il était important d’apporter, dès le premier tour, sa voix aux adversaires de gauche du président de droite. Les écologistes n’ont pas oublié sa déclaration à l’adresse des agriculteurs qu’il caressait aussi dans le sens du poil au dernier salon de l’agriculture: « les questions d’environnement, ça commence à bien faire ». De tels propos, ne seront jamais tenus par un François Hollande maintenant en mesure de gagner au 2e tour le 6 mai prochain car l’environnement est un enjeu majeur pour l’avenir et pas seulement celui de la France.

J’en veux pour preuve « La fin du monde en 2012 ? », un texte de Jean-Marie Delcourt qui résume bien la question et que j’aurais aimé écrire moi-même, quoique avec une approche différente ; il figure dans le « Carnet à desseins » dont il constitue la deuxième contribution. Cet auteur très attentif à l’avenir de la planète en donnera d’autres à lire prochainement. Dans celle d’aujourd’hui, il rappelle d’abord brièvement les diverses annonces et prophéties faites dans le passé sur les catastrophes à venir et montre que ces prédictions relèvent de ce que j’appelle personnellement la pensée magique. Il nous invite ensuite à partager ses réflexions et ses espoirs sur le futur de l’humanité. Si l’apocalypse devait survenir un jour, elle serait due au seul fait des humains qui auraient détruit la planète. Heureusement des tendances se dessinent, indiquant que nombre d’entre eux infléchissent leurs comportements. Lire le texte.Recase-toi pauvre con!

Les commentaires sont clos.