22 février 2012

Livres scolaires : illustrateurs oubliés

Les illustrations présentes dans les livres scolaires ont une grande valeur pédagogique intéressant aussi bien les sémioticiens, les psychologues, les sociologues, ou les historiens de l’art. Elles font l’objet d’études diverses et de colloques aux thèmes variés : représentation de la femme, de l’Europe, des migrants, etc. dans cette iconographie. L’approche bibliographique n’est pas moins intéressante car si l’on survole la littérature scolaire, de la fin du 19e au milieu du 20e, on constate, que nombre d’illustrateurs, souvent de grand talent, ont travaillé dans un anonymat presque total et qui perdure malheureusement sur le web puisque ces derniers n’ont pas été cités. Cet anonymat rend difficile la localisation d’œuvres insoupçonnées et éparpillées d’artistes dont les noms mêmes sont souvent oubliés des catalogues informatisés des bibliothèques.

Avant la classe

Avant la classe

Parcourant les livres scolaires illustrés du 19e siècle et de la première partie du 2Oe, l’amateur de dessins voit bien qu’ils proviennent soit de stocks d’images constitués par les éditeurs ou de gravures demandées à divers artistes. Ces gravures sont similaires à celles que l’on rencontre dans les dictionnaires ou les journaux de l’époque. L’usage de la photographie n’est alors pas répandu. Quand les dessins sont signés, la signature de l’artiste est souvent illisible du fait du format réduit des livres. Lorsqu’ un nom peut être identifié, il ne figure pas pour autant sur la page de titre des ouvrages qui, dans meilleur des cas, porte la mention « avec illustrations ».

Celles produites par Émile Mas, sont nombreuses dans l’ouvrage d’Alfred Rambaud (1) d’où j’ai extrait les illustrations du billet précédent mais comme ce dessinateur y côtoie de nombreux autres, l’éditeur a pris le parti de n’en citer aucun. L’artiste subit encore cet anonymat dans un autre livre paru en 1904 qu’il a illustré en grande partie (exemple ci-dessus), sinon en totalité : le vocabulaire des écoles, rédigé par M. Fournier (2). Charles Clérice, illustrateur bien connu des collectionneurs du journal de Suzette, est traité de la sorte dans Suzette, livre de lecture courante (3) émaillé de ses dessins qui figurent aussi avec ceux d’autres artistes. De même René Bresson, professeur de dessin de la ville de Paris, auteur de remarquables illustrations réalisées pour un livre de sciences naturelles (4).

"La salle de classe de Madame Valon". Dessin de Charles Clérice

"La salle de classe de Madame Valon". Dessin de Charles Clérice

Dans la première moitié du vingtième siècle, les illustrateurs de livres scolaires ont droit à un peu plus d’égards et s’ils ne figurent pas encore sur la page de titre, leur nom peut être cité dans la préface. C’est le cas pour Melle G. Gouchon, et Émile Malo Renault (1870-1938). Ces deux dessinateurs, dont seul le second a connu une certaine notoriété, ont illustré respectivement les tomes 1 et 2 de The Girl’s own book (5-6), une « nouvelle série destinée à l’enseignement des jeunes filles, resté tributaire, en ce qui concerne les ouvrages de langue vivante, de l’enseignement des garçons » (sic). Cela n’a pas suffi pour que leur nom ait été retenu par les bibliothécaires qui ont catalogué ces livres, reflet d’une époque où les règles de l’art étaient moins normatives qu’aujourd’hui. Comme les catalogues informatisés des bibliothèques ont été alimentés par ces fiches incomplètes sur ce point, lesdits illustrateurs n’apparaissent pas de ce fait dans les notices de livres qu’ils ont pourtant bel et bien illustrés seuls et en totalité.

Les amateurs de dessins de Raylambert, images pleines de sensibilité qui ont charmé des générations d’enfants, seront surpris de découvrir que cet artiste talentueux et prolifique a illustré un traité d’anglais commercial (7). Ce livre pourtant paru au milieu du 20e siècle ne mentionne pas le nom du dessinateur qui n’apparait que sous ses dessins. Ces derniers sont par ailleurs curieusement disséminés dans la première partie du livre alors que la seconde est uniquement illustrée de photos. Un dernier exemple montre le peu de cas qui est fait des illustrateurs de livre scolaires dans le catalogue de la BNF, base de données pourtant réputée pour la masse des documents qu’elle recense, sinon pour son exhaustivité prise parfois en défaut.

Il s’agit d’un livre de lecture destiné aux écoliers malgaches (8). Le nom de l’illustrateur, A[lbert] Ramanda (1901-1959), apparait sur la page de titre mais s’il figure bien dans la notice bibliographique, cet artiste plasticien peu connu en dehors de Madagascar n’apparait pas en tant qu’auteur dans ledit catalogue…Cette absence est certainement due à un bogue du système informatique mais ce type d’erreur étant assez fréquent dans le catalogue de la BNF, les rédacteurs qui interviennent sur Wikipedia et les autres encyclopédies participatives ont encore de beaux jours devant eux ! Ces redresseurs de torts de la bibliographie et du catalogage se font en effet une joie d’apporter les informations qui font défaut dans les bases de données officielles. Il faut aussi souligner que le catalogue de la BNF corrige les erreurs avérées qui lui sont signalées…

Un point n’a pas été abordé, celui de la rétribution de ces dessinateurs et graveurs passés à la trappe. Les illustrateurs d’aujourd’hui veillent à ce que leurs droits d’auteur soient respectés ; qu’en était-il du temps de leurs prédécesseurs ? Cette question fera peut-être l’objet d’un autre billet.

Après la classe

Après la classe

1. Petite histoire de la civilisation française. - 8e édition. – Paris : A. Colin, 1902.
2. Le Vocabulaire des écoles, étude méthodique des mots de la langue usuelle d’après l’analogie,… Cours préparatoire et élémentaire. Livre du maître par M. Fournier,…Paris : Gédalge, 1904.
3. Suzette, livre de lecture courante à l’usage des jeunes filles : morale, leçons de choses, économie domestique, ménage, cuisine, couture / par Mme Marie Robert Halt,…41e tirage. - Paris : P. Delaplane, 1909.
4. C. Grill. Les Sciences par l’observation. Classe du certificat d’études. 4e éd. - Paris, Éditions École et collège, 1940.
5. The Girl’s own book (classe de première année) par Mme Camerlynck-Guernier [et ] G.-H. Camerlynck. 11e édition. - Paris, H. Didier, 1917. Nouvelle série pour l’enseignement de l’anglais dans les établissements de jeunes filles.
6. The Girl’s own book. Alice in England (classe de seconde année), par Mme Camerlynck-Guernier [et] G. H. Camerlynck. 6e édition. - Paris, Henri Didier, [s.d.]. Nouvelle série pour l’enseignement de l’anglais dans les établissements de jeunes filles.
7. Mme Jay, Mme de Baecque,… “Business with pleasure” (traité d’anglais commercial). Lycées, collèges techniques, cours commerciaux. - Paris : E. Belin, 1959.
8. Eto Madagasikara, nosy malalantsika, nadikan’i M. A. Rajaonarivelo sy M. J. Zafinandrianjandramalaza,… Cours élémentaire. Sary nataon’i A. Ramanda. - Paris, Hachette, 1952. Classiques Hachette.

Les commentaires sont clos.