4 janvier 2012

Blog : guide du lecteur

A la différence des textes proposés sur le Web, le livre fait depuis longtemps partie de la vie de la plupart d’entre nous et il n’est pas nécessaire d’en expliquer le fonctionnement, du moins lorsqu’il s’agit d’une œuvre de fiction : on commence à la première page et on lit jusqu’à la dernière. C’est une évidence mais les choses se compliquent lorsqu’on est en présence d’un ouvrage savant. Les diverses annexes pouvant compléter le texte principal sont autant de clés d’accès (tables des matières, index divers, notes, bibliographie) nécessitant d’être un peu familiarisé avec ce genre de document.

Un blog (ou un site web) réalisé avec ce souci de complétude, en exploitant au mieux toutes les ressources de l’hypertexte, démultiplie les possibilités d’accès à d’autres parties du document lui-même ou à des sites extérieurs ; ces clés nécessitent donc d’être clairement identifiées. Ayant constaté à plusieurs reprises que des surfeurs de ma connaissance n’exploitaient que partiellement ces ressources composites, je me suis fait un devoir, déformation professionnelle oblige sans doute, de rédiger un guide du lecteur de mon blog. J’ai bien conscience que les modes d’emploi ne sont en général lus qu’assez superficiellement mais je suis convaincu que leur utilité ne concerne pas seulement le montage d’un meuble vendu en kit…

Ce guide, succinct qu’on se rassure, peut aussi aider à avoir une meilleure perception des sites web en général. Ainsi j’ai observé que ces personnes novices - qui parfois venaient de découvrir l’usage d’un ordinateur et son lent apprentissage -, ne suivaient pas les liens de l’hypertexte, cela tout simplement parce qu’elles n’avaient pas encore compris le rôle de la « petite main » main caractéristique de l'hypertexte qui se substitue au pointeur pointeur, piloté sur l’écran par la souris ou le pavé tactile des portables, lorsqu’il passe sur un mot ou un élément de phrase inscrits dans une couleur différente. Cette main indique que l’on peut cliquer sur les textes ainsi mis en valeur, ce qui permet d’aller consulter et/ou écouter les documents signalés par ces liens. Cette faculté est offerte non seulement pour les textes mais aussi pour certaines images que l’on peut agrandir, notamment. En n’ayant pas le réflexe de “balayer” la page avec le curseur, ces surfeurs novices se privent donc d’informations complémentaires sur le sujet.

Il est une autre main, différente de la précédente, que ces surfeurs n’ont pas peut-être pas encore remarquée; main symbole de feuilletagecette main apparait sur une page d’un document pouvant être feuilleté, exactement comme un livre imprimé.

Pour terminer cette introduction au guide du lecteur de « Desseins de la semaine », j’ajouterai simplement - et pour la petite histoire - que la main, symbole indiquant un prolongement ou une suite, propre à la navigation sur le web n’est pas nouvelle ; elle était déjà utilisée dans cet esprit au 17e siècle. Louis Moréri, par exemple, en employait une lorsqu’il ajoutait une information complémentaire à une notice de son dictionnaire. (1)main symbole d'une suiteMaintenant, si vous ne l’avez pas encore fait, vous pouvez cliquer ici pour avoir accès à la suite du Guide du lecteur.

1. Le grand dictionnaire historique, ou le Mélange curieux de l’histoire sainte et profane… par le Dr L. Moreri,… Lyon : J. Girin et B. Rivière, 1674.

guide du lecteur

Les commentaires sont clos.