8 décembre 2011

France musique : audimat « trombinoscopique » personnel

France musique, dont il sera encore question aujourd’hui, sans doute pour la dernière fois avant longtemps – je l’espère -, aurait-elle trouvé sa vitesse de croisière ? Un survol du Web montre qu’il reste encore pas mal de monde (les courageux anonymes qui sévissent sur les forums !) à ne plus supporter la chaîne dédiée aux musiques, toutes les musiques. Pourtant, il me semble que la descente aux enfers s’est arrêtée et ce malgré la banalisation induite par les irritantes annonces publicitaires pro domo égrenées sur les ondes plusieurs fois par jour. France musique fait profil bas (de gamme) pour attirer les masses nourries de « radios périphériques ». Bref, si l’on fait abstraction de cette autopromotion consternante (Ah les horripilantes annonces pour la journée Natalie Dessay et la journée elle-même !), je trouve que le bilan est quand même plutôt positif. Pour marquer ce non-événement, j’ai dressé le palmarès personnel envisagé dès 2007 et esquissé quelques temps plus tard.

Et puisque notre époque est celle de la sacro-sainte notation, depuis la maternelle, en passant par la fonction publique et les états dignes d’être notés, j’ai établi ce palmarès  des animateurs/producteurs présents derrière les micros de France musique du matin au soir. Ils sont là pour la plupart et je les ai classés, non dans leur ordre de « mérite » (exercice trop difficile!) mais dans l’ordre alphabétique. Ceux qui n’y figurent pas ont été omis parce que je ne connais pas suffisamment leur émission. Aux autres, j’ « accorde » des « AAAh ! » de contentement,  pondérés en fonction de mon degré de satisfaction. Il est exprimé par de brèves appréciations complémentaires. Je n’ai pas la dent dure comme ces critiques professionnels de certaine émission du dimanche et surtout du magazine du vendredi dont la méchanceté est digne de celle d’un Sainte-Beuve. Angela Gheorghiu en a fait les frais dernièrement, comme Maria Callas autrefois.

J’ai bien conscience qu’une telle démarche, un tantinet présomptueuse,  est aussi vaine que celle des agences de notation et qu’elle n’a aucun impact sur la vie d’une chaîne de radio. Les pétitions lancées sur le Web en faveur d’un producteur et d’une émission disparus  les ont-elles jamais fait revenir ? N’importe, cette grille de lecture (France musique - palmarès personnel) me servira de repère, pour m’y référer et la moduler périodiquement.

Un concert forcé

Un concert forcé. Allégorie du critique musical ?

Les commentaires sont clos.