10 août 2011

Lompech par omission

Le présent billet a failli ne pas voir le jour ; pas pour des raisons de vacances mais de vacance : le nettoyage par le vide (par l’hébergeur) d’une partie importante des répertoires et fichiers contenant ce blog, le rendant de ce fait inaccessible ! Je m’en suis aperçu il y a deux jours en essayant de me connecter. S’agit-il d’un accident, plus dévastateur en ce qui me concerne que le pseudo bug de l’an 2000 ? Je ne le saurai sans doute jamais tant il est difficile d’entrer en relation avec les services compétents (?) de Free, ne fût-ce que pour avoir une explication sur les causes de cette disparition. Je vais arrêter là mes remarques acerbes contre cet hébergeur dont il faudra bien que je me décide enfin à me séparer un jour. Avec l’aide efficace de mon conseiller en informatique de toujours, lesdits répertoires ont été partiellement restaurés mais les images (photos, dessins) n’apparaissent plus sur une année entière de notes du blog. Elles ne sont pas perdues et reviendront mais il me faudra du temps…Les lecteurs qui tiendraient à les voir peuvent les retrouver dans la mémoire cache de Google, provisoirement car elles n’y resteront pas indéfiniment…

Ce sujet de vif agacement s’ajoute à celui qui devait être le seul objet de ce billet : l’a suppression de la chronique jardinage d’Alain Lompech dans le journal Le Monde. Alors qu’Olivier Poivre d’Arvor s’interrogeait récemment dans le quotidien sur la politique culturelle de la France, on peut se demander quelle politique culturelle suivent les nouveaux dirigeants d’un journal qu’on aimerait bien voir conserver son statut de quotidien de référence. Comme les mauvais jardiniers, voudraient-il éradiquer les branches qu’ils croient mortes alors qu’elles sont porteuses de fruits ? Cette décision est en totale contradiction avec les prises de position du Monde en faveur de la défense de l’environnement. Les conseils horticoles d’Alain Lompech s’inscrivaient dans cette démarche écologique et sa rubrique avait toute sa place dans les colonnes du quotidien. Les frontières de la culture ne s’arrêtent pas aux disciplines traditionnelles et une chronique sur le jardinage, au-delà de sa valeur éducative, relève aussi bien de la poésie. Mais peut-être les décideurs mal inspirés préfèrent-ils allouer l’espace libéré aux annonces publicitaires plus rémunératrices ?

La rémunération d’Alain Lompech va en pâtir mais la double casquette du journaliste lui permet de ne pas se retrouver au chômage. Il ne fait heureusement pas partie de la nouvelle charrette des animateurs de radio remerciés sur France musique où il exerce aussi ses talents. On souhaite qu’ A côté du piano, la discrète et attachante émission qu’il y anime, dure longtemps encore.

Les commentaires sont clos.