27 mai 2019

Saint-Maurice refait son cinéma ou les ouailles et les joies du Capitole retrouvées

Le jeu de mots est une des caractéristiques de la blogosphère ; les webmestres ne se privent pas d’y recourir, contents d’être les premiers à en trouver un, inédit de préférence. Ce n’est le cas des deux variantes réunies dans le sous-titre du présent billet ; ainsi, pour commenter l’action de Barack Obama, un blogueur évoquait récemment les « ouailles du Capitole » et « Les joies du Capitole » ont servi en 1935 à Jacques Bousquet et Albert Willemetz pour intituler une opérette [...]

Lire la suite de: Saint-Maurice refait son cinéma ou Les ouailles et les joies du Capitole retrouvées

24 mai 2017

Les demoiselles d’Amiens

Ces demoiselles ne sont pas les deux amies amiénoises avec lesquelles Madame Roland (1754-1793) échangea en son temps une importante correspondance. Elle reçut aussi leur réconfort moral lors de son incarcération dans les prisons de la Révolution. Ce soutien nécessaire ne fut cependant pas suffisant pour empêcher l’assassinat de l’infortunée girondine car, comme tant d’autres de ses semblables, la malheureuse n’échappa pas à l’horrible couperet de la guillotine.

Renée et Germaine, dans les tribunes du champ de courses d'Amiens en 1925

Qui sont alors les deux jeunes filles figurant [...]

Lire la suite de: Les demoiselles d’Amiens

8 décembre 2014

Noir, jaune, blanc ; humain en somme

Je n’avais pas encore eu l’occasion de voir « Intouchables », le film dont Omar Sy tient la vedette et est par ailleurs en tête des personnalités aimées par les Français. J’ai regardé hier soir ce film à succès, entre les deux coupures publicitaires indispensables à TF1 pour sa survie. Ces interruptions permettent à la chaine de continuer de flatter le gout de certaines couches de la population pour ce genre d’interlude qui est parfois un élément important, sinon le seul, de leur culture. On en a un aperçu dans [...]

Lire la suite de: Noir, jaune, blanc ; humain en somme

4 août 2014

Publicité télévisuelle abhorrée

Qui ne se souvient de l’irrésistible sketch des Inconnus mettant en scène deux jeunes de banlieue dialoguant de loin ; l’un, depuis la rue, invite l’autre - à sa fenêtre du premier étage - à venir le rejoindre. Mais voilà, ce dernier ne peut pas descendre : il attend qu’arrive la prochaine coupure publicitaire à la télévision tandis que sa mère suit un film… Autant cette légère satire contre l’inculture m’a amusé en son temps, autant je n’ai pas ri samedi dernier en regardant (de nouveau) deux épisodes de Maigret, [...]

Lire la suite de: Publicité télévisuelle abhorrée

30 janvier 2013

On reprend tout à zéro !

homme au téléphone sans fil

Cette belle résolution d’année nouvelle, je l’ai entendue hier après-midi en pleine rue. L’homme qui la prenait, au téléphone, serrait certainement son portable un peu trop sur son oreille pour se rendre compte qu’il parlait trop fort. Tous les passants pouvaient suivre son monologue, du moins ceux qui n’avaient pas eux-mêmes leur prothèse « audio-affective » à l’oreille. Je rigole en voyant déambuler cette nouvelle espèce d’humains la main plaquée contre la tête et soliloquant comme des délirants ; je fais attention quand j’en croise [...]

Lire la suite de: On reprend tout à zéro !

13 décembre 2012

Journalistes, poubelles et autres acharnements nauséabonds

Les journalistes ont parfois la dent dure avec leurs confrères et Philippe Meyer qui a une conception noble de son métier l’a vécu longtemps comme « un poison ou un philtre dont l’absorption déclenche l’impulsion irrésistible d’aller voir le monde et de le raconter aux autres ». Il a constaté aussi que, depuis qu’il est entré dans la profession, le « journalisme s’est beaucoup simplifié et le journaliste considérablement enrichi » ; et d’expliquer que le métier consiste maintenant à bénéficier gratis « du plus grand nombre de produits et de services », [...]

Lire la suite de: Journalistes, poubelles et autres acharnements nauséabonds

21 novembre 2012

Ciné, cinéma, ciné… Madagascar : c’est le festival !

Faudra-t-il clamer ou slammer à longueur de temps sur le Web un slogan du genre «Dubo, Dubon, Dubonnet » pour que la visibilité du cinéma malgache ne soit pas complètement masquée par le film qui s’est abusivement paré du nom d’un pays qui n’avait vraiment pas besoin de cette concurrence déloyale ? Cette mascarade (eh oui, dans Madagascar on voit poindre « mascarade ») a de quoi irriter les cinéphiles mais, patience ! La déferlante médiatique s’éteindra et l’engouement du public s’essoufflera. A moins que ne se préparent [...]

Lire la suite de: Ciné, cinéma, ciné… Madagascar : c’est le festival !