16 novembre 2016

Pierre Gout n’est plus

Pierre Gout s’est éteint ce lundi 14 novembre à 88 ans, à la suite d’une maladie sournoise qui a eu raison de sa résistance. C’est un de ses fils qui m’a annoncé hier la triste nouvelle à laquelle je m’attendais car j’avais bien remarqué que le timbre de la voix de son père n’était plus le même la dernière fois que nous avions parlé ensemble au téléphone. Les efforts qu’il faisait pour s’exprimer étaient de mauvais augure mais je l’avais encouragé à lutter. Sa voix s’est éteinte à jamais mais si les paroles s’envolent les [...]

Lire la suite de: Pierre Gout n’est plus

20 octobre 2016

Dictionnaire amoureux de Tintin : il manque « d’en train »

Ce livre sur Tintin (1) vient s’ajouter à la longue liste des ouvrages consacrés au héros inusable d’aventures qui ont enchanté des générations de lecteurs. Un survol rapide des entrées de ce dictionnaire m’a vite permis de relever quelques imperfections et omissions, ce qui est étonnant de la part d’un auteur spécialiste du sujet. Mais comme il reconnait lui-même, dans la dernière notice (Zut),  avoir omis – faute de place sans doute –  un certain nombre de thèmes qui lui tenaient à cœur (ils sont prévus pour un second tome), ma critique portera  plus sur la forme [...]

Lire la suite de: Dictionnaire amoureux de Tintin : il manque « d’en train »

9 juin 2014

Jardinage, doux et rude esclavage

Le jardinage est peut-être la seule activité qui puisse me faire oublier mon blog ; ce lundi était jour férié de surcroit et le billet du jour serait passé à la trappe si je ne m’étais pas souvenu qu’Alphonse Karr, littérateur passionné de jardinage, avait aussi cultivé les citations. J’avais eu la prudence d’en noter un certain nombre. Quelques-unes sont fanées, cyniques, crues ou misogynes et passent mal. Celles que j’ai retenues me fournissent une nouvelle fois de la copie à bon compte; certaines restent d’actualité, d’autres ne sont [...]

Lire la suite de: Jardinage, doux et rude esclavage

2 juin 2014

Ranavalona III la reine naufragée

Des trois reines ayant porté ce nom, Ranavalona III est la plus connue, du fait des séjours en France chichement accordés par le gouvernement français à la souveraine malgache que l’autocrate Gallieni avait destituée en 1897. Le premier séjour, en 1899, est une brève escale à Marseille ; la reine passe de son exil réunionnais à son nouveau lieu de résidence forcé : Alger. Ces venues en « métropole » rompent la triste monotonie d’un exil interminable imposé à une femme qui ne retournera pas, de son vivant, sur sa [...]

Lire la suite de: Ranavalona III la reine naufragée

18 novembre 2013

« Le dernier des moricauds »

Les caricatures et injures racistes dont Christiane Taubira fait l’objet, au-delà de l’imagerie éculée du « Y’a bon Banania ou  du Nègre prié de remonter sur son cocotier, sont une insulte pour toutes les personnes dont le physique n’est pas celui du pur aryen, état qui n’existe d’ailleurs pas, sauf dans les mythologies racistes. Mais quoi; d’un côté, certains demeurés – singeant les Américains attardés – se complaisent à rapprocher le physique des Noirs de ceux des singes, comme au bon temps de la ségrégation; d’un autre, ces mêmes dénient la parenté évidente entre les [...]

Lire la suite de: « Le dernier des moricauds »

10 avril 2013

Qui veut noyer son nègre l’accuse de plagiat

« Le plagiat est un vol littéraire ». Le grand rabbin Bernheim le sait et on peut même penser qu’il a lu « Le Fruit de mes lectures » (1) d’où est extraite cette vérité de Dom Jamin, bénédictin de la congrégation de Saint-Maur (2), car le prétendu philosophe s’est défaussé sur son nègre ! Le plagiat par l’entremise d’une tierce personne est en effet une catégorie non prévue par le théologien qui n’en distingue que trois. Bien qu’il figure déjà sur le web, son texte mérite d’être donné in extenso car [...]

Lire la suite de: Qui veut noyer son nègre l’accuse de plagiat

6 février 2013

Interview au Sénat : chanson décoiffante

Les sénateurs et leurs fonctions sont depuis longtemps la cible des chansonniers et des caricaturistes. En 1903, la presse informe le public qu’un salon de coiffure vient d’être aménagé au sein du Sénat. Vincent Hyspa (1865-1938) écrit aussitôt une chanson dans laquelle il brocarde allègrement la vénérable institution et ceux qui y officient. Édité en 1903, le texte de cette chanson a paru presque simultanément dans au moins trois publications : le recueil originel des chansons de l’auteur (1), l’Almanach Vermot et un autre almanach populaire non identifié parce que la [...]

Lire la suite de: Interview au Sénat : chanson décoiffante