16 février 2019

Cham session

cham portraituré par GillFaut-il que deux grandes figures du monde du jazz meurent pour que les auditeurs puissent enfin écouter tout leur soul, sur une chaîne de radio qui leur rend hommage, cette musique que Michel Legrand et André Francis connaissaient si bien ; le premier pour avoir composé avec brio des œuvres dans ce style musical longtemps décrié et qui l’était encore dans les années 50 (1); le second, à la même époque, pour avoir fait passer avec bonheur sur les ondes le meilleur du genre, tout en suivant l’évolution qu’il a connue au fil des ans depuis ses origines séculaires. Avec André Francis, c’est encore une voix caractéristique de la radio et familière à nos oreilles qui s’est définitivement tue. Celle de Michel Legrand apparaissait bien affaiblie lors des dernières interviews du compositeur et l’on enrage de voir combien l’âge nous rapproche des autres vieux par nos capacités physiques qui diminuent, avant de nous réunir inexorablement dans le néant absolu tant appréhendé, quelles que soient notre attitude ou nos croyances vis-à-vis de la mort.

Heureusement les disparus survivent quelques temps (beaucoup plus pour les surdoués de leur discipline), dans la mémoire des survivants ; les œuvres laissées par eux continueront d’être jouées ou réécoutées, s’agissant des compositions d’un Michel Legrand, du moins tant que les films qu’elles ont si admirablement servis seront projetés. Même chose pour les livres ; on espère ainsi que ceux de Tomi Ungerer, qui vient de nous quitter lui aussi, ne seront pas totalement oubliés sinon encore disponibles en librairie et sur le net ou le média qui l’aura remplacé dans 140 ans.

Pourquoi ce laps de temps précisément ? Parce qu’il y aura 140 ans cette année s’éteignait Cham (1), cet autre  grand dessinateur dont les caricatures émaillent ce blog. J’ai déjà fait part de mon admiration pour son talent, à l’égal de celui d’un Daumier. Les deux dessinateurs s’entendaient d’ailleurs comme des larrons en foire à travers leur collaboration au Charivari Voilà un homme qui a passé sa vie, malheureusement trop courte puisqu’il meurt de tuberculose à 61 ans, à faire du rire sa raison de vivre, comme Cabu, autre admirateur des deux maîtres, qui aimait croquer ses contemporains et leurs défauts, avec cet humour corrosif qui lui a coûté la vie. Son  beauf » restera l’équivalent des têtes de Turc des précédents et Cabu - l’immense Cabu - s’il vivait encore, l’aurait vraisemblablement affublé d’un gilet jaune, tant il n’aimait pas les dérives et les excès humains, même si la cause originellement défendue par  les manifestants d’aujourd’hui est légitime.

Ce beauf, on le retrouve sous ses diverses facettes sur un document inattendu: la pochette d’un cd audio que Cabu, fou de jazz comme on sait, a illustrée ; la musique que contient ce disque swingue beaucoup; les paroles non conformistes de la chanson qu’elle accompagne aussi. Son titre choc : « Villa mon cul » Je croyais un ami seul capable de donner un nom pareil à sa maison - et il l’a fait - parce qu’il n’est pas conformiste; en réaction j’imagine aux « domiciles adorés » et autres villas « Sam suffit » qu’habitent nécessairement les beaufs de la pochette…La chanson dont j’ignorais l’existence jusqu’à ce jour, est interprétée avec allégresse par Font et Val; elle gagne à être connue… Je serais curieux de savoir si Dominique la connaissait avant de baptiser sa maison. J’ai idée que j’aurai bientôt de ses nouvelles à ce sujet.

1.« On entend du bruit, de la musique parfois mais de cette musique qui invite à la danse, et qui n’est souvent, elle aussi, qu’un bruit lorsqu’elle est décorée du nom de jazz » [sic]. Maurice Tièche : à la recherche d’un art qui se perd : vivre. – 1952.
2. Amédée de Noé, dit Cham (1818-1879). L’année dernière le bicentenaire de sa naissance a été fêté au château de L’Isle de Noé, ancienne propriété de la famille dans le Gers où s’active une association qui s’efforce de faire connaitre ce dessinateur qui n’a plus la notoriété qu’il a connue de son temps.

27 janvier 2019

France musique 2019: vous allez l’abhorrer!

l est juste temps de sacrifier à la coutume, en souhaitant une bonne année à celles et ceux qui me lisent et me le font savoir; est-ce d’avoir négligé de donner suite à certaines réactions de lecteurs qu’une diminution  du nombre de leurs visites s’est opérée au fil du temps? Je l’ai constaté   à travers les statistiques de consultation; le nombre des visites stagnait depuis la rentrée de septembre dernier;  une lente reprise a  cependant été observée en décembre. Je pense que mes interventions plus rares et le faible renouvellement des sujets ont [...]

Lire la suite de: France musique 2019: vous allez l’abhorrer!

23 décembre 2018

Dans la nuit du jeudi 13 au vendredi 14 décembre…

…Il m’est survenu un accident grave qui coupe ma vie et me range dorénavant parmi les infirmes. Un ressort s’est brisé dans ma machine. Je subis et je me résigne. Adieu aux fiertés encore subsistantes, aux dernières lueurs de joie naturelle et d’espérance ! Je passe dans la classe des vieux »…

Que les lecteurs qui me restent se rassurent ; ces propos désabusés ne datent pas de la semaine dernière, quoique l’ambiance politique du moment colle assez bien avec leur tonalité amère ; pas plus qu’ils ne remontent à deux ans, [...]

Lire la suite de: Dans la nuit du jeudi 13 au vendredi 14 décembre…

14 octobre 2018

Le banquet du Canal de Suez à Alexandrie (1865)

Le blogueur amateur de vieux papiers et aimant confronter leur teneur à l’actualité est parfois servi par le hasard et si ses archives contiennent le texte qui documentera le billet du jour, encore faut-il qu’il mette la main dessus à temps ! Ce sera le cas avec l’exposition qui s’ouvre à Marseille le 18 octobre prochain (1), une belle opportunité pour évoquer un texte relatant le banquet offert en 1865 à Alexandrie aux délégués [du commerce international] par le « Canal de Suez », présidé par M. Ferdinand de Lesseps.

Lire la suite de: Le banquet du Canal de Suez à Alexandrie (6 avril 1865)

28 septembre 2018

D’avant «APB » avec Durkheim à « Parcoursup » avec Kant

D’aucuns s’insurgent contre la sélection des étudiants à l’entrée de l’université. Sélection et compétition sont pourtant les moteurs qui régissent le vivant, animal aussi bien que végétal, de la cellule la plus élémentaire aux formes les plus complexes, l’être humain y compris. Et pour ce dernier, la concurrence joue aussi dans le cadre de la noosphère,  comme se plaisait à dire Teilhard de Chardin (sur le plan intellectuel pour parler plus simplement) et si l’on admet volontiers la sélection par les performances sportives, on crie à la discrimination dès que le principe d’une sélection est instauré dans [...]

Lire la suite de: D’avant «APB » avec Durkheim à « Parcoursup » avec Kant

16 septembre 2018

Merlin l’enchanteur

Contrairement aux apparences, il ne va pas être question ici du personnage de légende mais de Christian Merlin qui nous enchante de longue date par sa façon de s’exprimer et la qualité de ses interventions, dans les émissions de France musique. Jusqu’à présent, il en était l’un des invités, donnant à ces émissions l’attrait que l’on retrouve aujourd’hui pleinement dans celle qu’il anime désormais seul le dimanche matin (Au cœur de l’orchestre).

Enchanteur, oui Christian Merlin l’est quand il déclare et pas plus tard [...]

Lire la suite de: Merlin l’enchanteur

24 juillet 2018

Ma chronique : les fausses nouvelles

Les fake news feraient-elles autant parler d’elles si Emmanuel Macron n’en avait pas été la victime? Je ne le pense pas et les efforts que fait ce justiciable au-dessus des autres pour faire passer une loi qui les interdirait montre combien il s’en soucie. Par les moyens à sa disposition, dans divers domaines - l’affaire Benalla notamment - Il donne aussi raison à La Fontaine (selon que vous serez puissant ou misérable)… Notre premier de la classe (politique), malgré l’envie qu’il en a, ne peut cependant pas tout contrôler lui-même et  aurait sans doute préféré que [...]

Lire la suite de: Ma chronique: les fausses nouvelles