18 avril 2021

Pirogues malgaches en 1895 (2e partie)

pour rédiger son article présenté la semaine dernière et qui s’avère être un éloge de la pirogue malgache, Léon de Saint-James s’est bien documenté mais il ne cite pas ses sources. On est enclin à penser qu’elles sont en partie issues de l’ Essai sur la construction navale d’Edmond Pâris (1). Plutôt que de paraphraser son article, il m’a semblé plus utile de continuer à en reproduire les passages significatifs et les commenter, d’autant que le document ne figurait pas sur le web jusqu’à présent. En complément de ce texte où sont abordées les questions techniques, je rappelle brièvement la survivance actuelle des pirogues à balancier à Madagascar, à travers les travaux de chercheurs qui se sont intéressé à ce sujet indissociable des longues migrations austronésiennes à travers l’Océan indien (2). Comme on en est toujours au stade des conjectures quant au mode opératoire des navigateurs du passé qui ont traversé l’océan et abordé les côtes malgaches, on peut imaginer que ces migrations se sont effectuées à bord de divers types d’embarcations, puisqu’il est entendu que plusieurs vagues migratoires ont eu lieu au cours des siècles; elles ont donc pu se faire à bord de grandes pirogues monoxyles du type décrit ici et peut-être dans le cadre de flottilles, comme le faisaient les Vikings à bord de leurs drakkars, ou au sein de flottes composites, dans lesquelles ces pirogues côtoyaient des jonques - comme celles observées à Java par Willem Lodewijcksz au 16e siècle - ou encore à bord de bateaux « cousus », c’est à dire construits selon les techniques de charpenterie navale employées dans le monde malais ; ces techniques, E. Pâris les a observées sur les tafahangas des îles Tonga (3) ; on les retrouve sur le sàry, embarcation du Sud-Est malgache et étaient utilisées autrefois  dans la construction des maisons en bois des gens importants (4).

Pirogue malgache à un balancier (16e siècle)

Après avoir regardé cette pirogue malgache à un balancier représentée en 1598, poursuivons la découverte de celle décrite par Léon de Saint-James en 1895 :« La pirogue malgache diffère de tous les bateaux du même genre par la supériorité de sa construction et de ses qualités à la mer. Elle peut porter dres charges excessives et disproportionnées avec ses dimensions ; loin de sombrer sous un chargement trop lourd, elle continue son allure légère et rapide grâce au balancier qu’elle porte. La vue de cette pirogue, qui glisse sur les eaux avec son appareil qui la maintient dans un équilibre constant, confond l’esprit des voyageurs sans lasser leur admiration [...] »

[...]

Lire la suite de: “Pirogues malgaches en 1895 (2e partie)” »

11 avril 2021

Dictionnaire des idées rancies (suite): les pirogues malgaches en 1895 (1e partie)

u cours des âges depuis la préhistoire, chaque peuple de la terre a contribué, à sa mesure, au développement intellectuel et technologique de l’humanité. Avec la mondialisation, qui a commencé à l’ère industrielle, les sociétés européennes ont su tirer à leur profit presque exclusif le meilleur de ce qui existait, en favorisant les échanges réciproques de savoir et de savoir faire et en utilisant les acquis scientifiques et techniques engrangés en masse dans les fonds d’archive et les bibliothèques, sans oublier les connaissances [...]

Lire la suite de: Dictionnaire des idées rancies (suite): les pirogues malgaches (1e partie)

4 avril 2021

Voilà les «  Gaches »* de la marine : histoire de bateaux à Madagascar

a vie est une ombre et une brume ; elle passe et disparaît » . Ce proverbe malgache prend ici  toute sa force, en ces temps de pandémie où l’on ne sait si la mort survient naturellement ou à cause des gouttelettes d’une brume qui ignore les frontières, distribuant son venin covidien de par le monde. Le décès de l ’ « Amiral rouge », survenu le 28 mars - paix à son âme - a donné lieu à une journée de deuil national avec drapeaux en berne. La [...]

Lire la suite de: Voilà les «  Gaches »* de la marine : histoire de bateaux à Madagascar

27 mars 2021

« La liberté d'expression ça s'apprend » ; ça se prend aussi mais c'est plus difficile

e fais partie des admirateurs du grand Cabu et je ne me remets pas de la mort de celui que j’ose appeler - on me pardonnera ce cliché pourtant tellement vrai - le « Michel-Ange du dessin humoristique ». Lui et les autres malheureux dessinateurs de Charlie Hebdo ne craignaient pas d’ « oser se révolter  » contre la connerie humaine ; ils s’en faisaient même un devoir. Leur assassinat atroce marquera à jamais un 21e siècle qui n’en finit pas de mal commencer. Les meurtres, [...]

Lire la suite de: « La liberté d’expression ça s’apprend » ; ça se prend aussi mais c’est plus difficile

21 mars 2021

Quand un blog bloque, en France, mère des arts, des larmes et des décrets

n blog ou un site web, c’est un peu comme une voiture. On roule tranquillement; les pages défilent sur l’écran, comme le paysage à travers les vitres de l’auto et tout à coup on se retrouve à l’arrêt. Dans le meilleur des cas, un message d’erreur donne la raison de la panne. Ces messages font immanquablement penser à Peugeot car ils sont le plus souvent libellés sous la forme «  erreur 403 » ou erreur 404 » ; on pense aussi à la firme [...]

Lire la suite de: Quand un blog bloque, en France, mère des arts, des larmes et des décrets

22 février 2021

« Chez nous en Ligurie »

ans les années 50, On entendait périodiquement cette phrase sibylline à la radio. Je n’ ai aucune idée de l’identité de celui qui l’employait, comme un leitmotiv, dans ce qui me semble être une chronique ou des sketchs humoristiques diffusés sur Radio Luxembourg, sauf plus ample informé. J’ignore aussi quel était le cadre des interventions et les thèmes abordés par l’animateur de l’émission. Je me souviens seulement de son timbre fluet et de sa façon de [...]

Lire la suite de: « Chez nous en Ligurie »

12 février 2021

Chats, chiens et photogénie

hats et chiens sont photogéniques et nombre de leurs propriétaires vouent aux premiers un culte rappelant celui des anciens Égyptiens à l’égard de cet animal fascinant qu’ils avaient déifié. Le culte d’ aujourd’hui ne ne traduit pas par des embaumements après décès mais la peine affichée par certains propriétaires dont l’ animal chéri meurt semble égaler celle ressentie par les humains à la disparition d’un proche ; l’ existence de cimetières «  pour chiens et autres animaux domestiques » le montre [...]

Lire la suite de: Chats, chiens et photogénie