22 janvier 2020

Ripeur de tout et de riens

Janvier, mois des étrennes, touche à sa fin et je n’ai pas encore vu de représentants de ces divers corps de métiers qui passaient traditionnellement chez les gens pour leur proposer un calendrier ou quémander un peu d’argent. En cette période de grèves tous azimuts, les intéressés ont peut-être pensé que le moment était mal choisi… J’ ai traité de la question des étrennes il y a une dizaine d’années, en évoquant un métier pas encore disparu, celui de concierge. Autrefois, ce personnage, clé si j’ose dire, des immeubles  a souvent fait l’objet de caricatures dans la presse, notamment en cette période.

Les temps changent, les métiers et leur dénomination aussi. Si le   boueur  » de la Renaissance, devenu «  boueux  » au début du 19e puis «  éboueur  » à la fin du siècle, sa fonction est restée la même. Au 20e siècle elle s’est mécanisée et celui qu’on appelle maintenant «  le ripeur  »(1) continue d’évacuer les déchets - réels et non virrtuels de la société. Il se coltine tout ce dont se débarrassent les gens, du moins ceux qui respectent les règles de base et qui mettent bien leurs ordures aux endroits prévus à cet effet.

M'sieu...permettez que je vous la souhaite bonne et heureuse...j'suis' vot'boueux

M'sieu...permettez que je vous la souhaite bonne et heureuse...j'suis' vot'boueux

Malgré l’amélioration des conditions de travail du ripeur, sa tâche reste pénible et s’exerce souvent à «  pas d’heure  ». S’il est déplaisant d’être réveillé par le bruit infernal du camion benne des encombrants, alors qu’on vient juste de s’endormir, il faut aussi penser à l’heure à laquelle le ramassage a commencé dans ces agglomérations qui ne cessent de s’étendre, sans que les effectifs des personnels suivent le développement urbain et l’extension de l’aire de collecte. Le ripeur n’y est pour rien si son employeur lui impose ces horaires inadaptés à la vie d’aujourd’hui. L’autre choix, celui des tournées ayant lieu dans la journée, est plus conforme aux règles régissant les conditions de travail et sont un moindre mal pour le public ; elles gênent surtout les bobos bloqués derrière un camion à l’arrêt.

Il y aurait d’autres raisons de pester, notamment lorsqu’on apprend que dans des villes où le tri sélectif fonctionne à merveille, dans la gazette municipale du crû du moins, les déchets déposés dans les containers dûment spécifiés sont au final versés en vrac dans la même benne. Ce n’est pas le ripeur qui l’a dit à une personne qui me l’a rapporté qui démentira. Cette pratique semble être courante aux États-Unis, où l’enlèvement des ordures est confié à des sociétés privées, selon un observateur digne de foi ayant résidé à Washington où le tri sélectif est pratiqué.

Il faudra entourer toutes nos villes fortes d'une ceinture de dépotoirs, pour les rendre aussi inabordables que Paris.

Il faudra entourer toutes nos villes fortes d'une ceinture de dépotoirs, pour les rendre aussi inabordables que Paris. (dessin de Draner)

Ce problème des déchets et le thème aujourd’hui très porteur de l’écologie sont le nouveau leitmotiv des candidats aux élections municipales de mars prochain. Gageons qu’après les campagnes électorales menées par nombre de «  NC  » (nouveaux convertis, comme on disait au 17e siècle à propos de certains protestants ayant abjuré leur foi après la révocation de L’Édit de Nantes), ceux qui auront été élus mèneront une politique municipale en accord avec les promesses d’avant les élections.

Poubelle aux  lavis

Poubelle lavis

1. Ouvrier qui décharge les marchandises d’un wagon (terme apparu au 20e sièle)

9 janvier 2020

Donner sa langue au Shazam

La grève qui n’en finit toujours pas à Radio France aura au moins un effet positif pour certains auditeurs de France musique; ceux qui enragent de ne pas pouvoir identifier une des œuvres diffusées en boucle lors des interruptions ritualisées des programmes. Ils ont mis à profit ce grand vide culturel en adoptant Shazam, la plus fameuse des applications capables d’identifier une œuvre musicale et de donner le nom du compositeur.

Echaudé par «  Google images » aux bien piètres performances, ainsi que je l’ai expliqué, j’avais jusqu’à présent [...]

Lire la suite de: Donner sa langue au Shazam

1 janvier 2020

Mayer vœux 2020

Je vous souhaite la bonne année (1852)

La ressemblance des deux dessins (ci contre et en bas de page) illustrant ce billet du Nouvel An choc est frappante, à l’instar des scènes qu’ils représentent. Si le remploi d’une idée peut être accidentel et pardonnable, la copie quasi conforme d’un dessin l’est moins.

Ben (1), l’auteur de ce qui à première vue ressemble fort à un plagiat   manquait-il  d’inspiration en ce jour de l’An 1952, quand il a publié le sien dans « Le Rire » ? (2) Ce [...]

Lire la suite de: Mayer vœux 2020

25 décembre 2019

Noël entre oreillettes et fromages

Noël est de retour, toujours aussi éloigné de sa symbolique originelle. Avec Internet, les « marchands du temple » ont su adapter le tintamarre publicitaire qui leur permet d’exploiter encore mieux le parti juteux tiré de cette fête religieuse, comme ils le font d’ailleurs avec les manifestations païennes annuelles, la dernière venue étant celle d’Halloween. Dans tous les cas, les enfants restent une cible privilégiée  des commerçants et si le Père Noël s’est substitué depuis longtemps au petit Jésus dans nombre de familles issues de l’Occident  chrétien, [...]

Lire la suite de: Noël entre oreillettes et fromages

13 décembre 2019

Farce musique

Sur « France musique », la grève dure et perdure.  Qui s’en inquiète ? Les autres chaînes de « Radio France » ne sont pas non plus très loquaces à cet égard. S’agit-il d’omerta ou de boycott ? Une médiatrice répond néanmoins aux auditeurs mécontents et qui le font savoir, qu’ils écoutent France inter, France culture ou France musique. Ces « journées d’action », où les «  syndicalistes qui d’habitude ne font rien se mettent à bouger » comme disait Coluche, semblent être le cadet des soucis des instances dirigeantes de la [...]

Lire la suite de: Farce musique

11 novembre 2019

Encore sous le signe de Tintin

Alain Finkielkraut doit-il à sa mère d’être devenu académicien ? Parce qu’elle l’empêchait de lire des bandes dessinées lorsqu’il était enfant, lui imposant - et elle n’avait sans doute pas tort - de ne lire que des livres. C’est peut-être la raison de son aversion foncière pour un genre qu’il ne doit pas connaître beaucoup puisqu’il est censé n’avoir jamais regardé de « petits Mickeys ». D’ailleurs, quand on l’interroge à ce sujet, il semble ne pas être en mesure de citer un seul auteur ni même un titre, mettant a [...]

Lire la suite de: Encore sous le signe de Tintin

31 octobre 2019

Femmes et pouvoir marital ; vous avez dit martial ?

Entre marital et martial qu’un anagramme (d’alcool) sépare, le degré de violence faite aux femmes devrait en principe varier selon le niveau d’éducation du « saigneur et maître ». Ainsi la brute avinée complètement fermée au dialogue sera incapable d’autre chose que de crier et d’asséner des coups à sa compagne, à la manière d’un Bertrand Cantat, personnage censé a priori ne pas être un primaire mais allez savoir…Pour ma part, je crois que la vieille tradition de la prééminence de l’homme sur la [...]

Lire la suite de: Femmes et pouvoir marital ; vous avez dit martial ?